Japan Lovers

Forum pour les passionnés d'Asie, de Japon, de Corée... Des animes, des mangas, de la musique, de la culture... Tout est sur JL !
 

Partagez|

[Gazette] Suguru no akumu

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
Japan Lover
Seven Daisuke
••••••••••••••••••••••••••
Féminin
Nombre de messages : 347
Age : 25
Localisation : La baie de Tôkyô, tout au fond...
Date d'inscription : 14/07/2008
••••••••••••••••••••••••••
MessageSujet: Re: [Gazette] Suguru no akumu Ven 8 Aoû - 0:20

Le blog de cette fic est moins à jour que les forums, là bas j'ai posté que 4 chapitres xD

Hanabi-chan avait lu le début sur un autre forum ^-^

Allez, la suite pour fêter ma nouvelle lectrice <3



Chapitre 9
Où tu iras j'irais

Après ça, on avait un peu discuté et il m'avait apprit la raison de ma blessure à la tête : j'étais déjà en train de tomber, lorsqu'il est arrivé, alors il m'avait attrapé par mes vêtements et brutalement tiré en arrière pour ne pas basculer à son tour. Ça avait plutôt bien fonctionné dans le sens où on était tout les deux en vie, mais moi, je m'étais violemment cogné la tête sur le béton...

Dès que je lui ai dit qui j'étais, il m'a fait d'un air rêveur «  Suguru, hein... »
Enfin, je ne pense pas vraiment qu'il s'adressait à moi, il avait le regard vague, tourné vers le ciel, et tandis que ses bras avait serré un peu plus fort ses jambes contre sa poitrine, il avait sourit, un sourire léger, presque imperceptible, mais qui me semblait grandement inspiré des tiens, Shin...

Je m'étais demandé, à l'époque, si tu ne t'étais pas glissé sur ses lèvres, l'espace d'un instant, comme pour me guider. Puis j'avais secoué la tête, las de penser que tu veillais sur moi tout là-haut, las de tenter de te faire vivre à travers la mort...

Moi, j'avais juste émit un grognement qu'il ne perçut même pas. Il était bien familier, tout de même !

Cette nuit là, avec ce sale gosse, on avait parlé de tout et de rien. Mais surtout de moi. Oui, je lui ai dit, Shin, je lui ai tout raconté. Tout ou presque, car il y a des détails sordides que je préfère garder pour moi, et, Dieu m'en soit témoin, que je ne révèlerai jamais à qui que ce soit. Il y a des choses qui resteront à tout jamais entre ta tombe et moi, et plus tard, entre ta tombe et la mienne. Il y a trop de secrets mal gardé en ce monde, alors je ferai attention, promis.

A présent, il savait pour toi, pour moi, pour notre vie, pour ta mort, pour ma lâcheté, pour notre drogue... Il savait ma peine, ma détresse, il m'a même vu pleuré et, bien plus tard encore, j'ai finit par lui montrer ta photo. Sa seule réaction avait été de sourire en disant que tu avais l'air d'être quelqu'un d'heureux, et je me suis remit à pleurer. De tristesse, de joie, je ne savais plus. De soulagement, sûrement. J'avais divisé mon fardeau en deux, je m'étais confié à lui... j'avais sûrement expié mes péchés, aussi, un peu.

Quand il m'avait vu pleurer à nouveau, il s'était excusé. Il n'avait pas compris mes larmes, je crois qu'il pensait s'être mal exprimé, en trouvant la photo d'un être passé si vivante... Je me souviens que j'en avais rie un peu, entre mes larmes.

« Mais non, c'est rien, c'est pas ça, t'en fais pas. »

Il avait répondu par une moue enfantine, et je n'avais pu que lui sourire. Un sourire franc, sincère, plein d'amitié. Un sourire qui fait sourire tout le visage en même temps.
Et il m'avait sourit à son tour.

Mais l'instant d'après, il semblait soucieux, et il me demanda « et alors, maintenant ? »

« Quoi, maintenant ? » j'avais répondu avec un rire nerveux.

« Que va tu faire ? »

Mon sourire m'est dégringolé du visage, tombant mollement sur le sol avant de se liquéfier en une petite flaque d'amertume.

La retour à la réalité.
A vrai dire, je ne l'attendais pas de si tôt...
Moi, les étoiles et mon nouvel ami, je voulais qu'on reste comme ça pour toujours.
Je voulais qu'il m'écoute, qu'on parle, qu'on se sourit, et rien d'autre.
Après tant de malheur, j'aspirais au bonheur simple.
Mais apparemment, ça non plus, je n'y avais pas droit...

Triste à nouveau, j'ai finit par répondre un vague et brumeux « je ne sais pas... »

Il a refait sa moue étrange, regardant le ciel à nouveau, puis son visage s'est allumé d'un coup, irradiant de joie.

« J'ai trouvé ! » m'a-t-il fait.

« Quoi donc ? » j'ai répondu, maussade à présent.

« Il faut commencer par le commencement » a-t-il continué, un index impérieux pointé vers le ciel.

« Mais encore ? »

« Ta re-scolarisation ! »

Ben voyons. Alors comme ça j'allais devoir reprendre l'habitude de me lever tôt tout les matins pour poser mes fesses sur un banc de...

« Eh ! Attends une seconde ! »

Il m'a regardé, curieux, son doigt impérieux redescendant mollement.
J'ai compté brièvement sur mes doigts à moi, et... non, pas d'erreur possible.

« Je suis censé être au lycée, là ! »

Son hébétement s'est rapidement changé en lumière, son visage irradiant de nouveau.

« Comme moi, c'est cool, ça ! On a qu'à s'inscrire dans le même lycée, on restera ensemble comme ça !  »

Misère de misère...
Puis il s'était jeté sur moi visiblement dans l'optique d'une étreinte, mais je l'avais rapidement rappelé à l'ordre d'un coup dans l'épaule.

J'avais beau lui avoir raconté ma vie, ça n'en restait pas moins un sale gosse !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://crucify-sorrow.chocoforum.com
Invité
••••••••••••••••••••••••••
••••••••••••••••••••••••••
MessageSujet: Re: [Gazette] Suguru no akumu Ven 8 Aoû - 1:13

waah! c'est encore plus chou qu'avant! :kudasai: on la voit venir la belle et profonde amitié!! meme si c'est vrai que suguru n'y met pas du sien xD j'attend avec impatience la suite :kudasai:


encore une fois, good job seven-chan! :great:
Revenir en haut Aller en bas
Invité
••••••••••••••••••••••••••
••••••••••••••••••••••••••
MessageSujet: Re: [Gazette] Suguru no akumu Ven 8 Aoû - 15:29

yeaah !! t'inquiete je suis assez fidèle comme lectrice ^^
et puis t'écris super bien alors je veux suivre =D
Revenir en haut Aller en bas
Japan Lover
Seven Daisuke
••••••••••••••••••••••••••
Féminin
Nombre de messages : 347
Age : 25
Localisation : La baie de Tôkyô, tout au fond...
Date d'inscription : 14/07/2008
••••••••••••••••••••••••••
MessageSujet: Re: [Gazette] Suguru no akumu Ven 8 Aoû - 17:08

Merci <3

Alors lui, c'est un peu un chapitre de transition, genre obligatoire, mais je le trouve pas super =/



Chapitre 10
Encore à agir sans réfléchir

La nuit étant déjà bien avancé, il était resté dormir à la maison. Plusieurs fois, je l'avais entendu tomber du canapé. Et à chaque fois, mon humeur oscillait entre un réel agacement et une franche envie de rire.
Décidément, ce Matsumoto, c'était un sacré numéro...

Le lendemain matin, pour me remercier de l'hébergement, il m'avait offert le petit déjeuner. Oh, juste quelque chose de simple, mais ça faisait du bien de manger correctement, et surtout d'avoir l'appétit nécessaire. Parce que bon, ces derniers temps, je m'étais un peu laissé crever à petit feu...

Il s'en était d'ailleurs rendu compte, le matin même, en tirant sur la couette pour me réveiller... il s'était figé, un instant, grimaçant devant ma maigreur. Mais je ne pouvais pas lui en vouloir, en ce temps là, je faisais réellement peur à voir...

« Bonne appétit ! » a-t-il hurlé joyeusement en s'attaquant à son repas que venait de nous apporter la serveuse.

« Ton incroyable bonne humeur est une insulte pour le ténébreux suicidaire que je suis », je lui ai fait, amusé.

« T'en fais pas, camarade, ta vie est sauve, alors empiffre toi un peu. »

Ma bonne humeur à moi est vite retombée... Je n'y avais pensé que tard dans la nuit, mais ma réinsertion social impliquait quelque chose d'inattendu... et d'inacceptable.

« A propos de camarade, t'as oublié un détail, hier... »

Mon air maussade paru l'inquiéter sincèrement, et il s'arrêta, la bouche pleine.

« Et bien... comme tu le sais déjà, je ne suis pas majeur... »

Il restait figé, la bouche toujours pleine. Il ne me serait manifestement d'aucun secours...

« Ce qui veut dire que je ne peux m'inscrire dans un nouvel établissement sans l'accord de mes parents... »

Il avala l'intégralité de se qu'il avait en bouche, déglutissant bruyamment.

« Et après ? Il te suffit de leur demander gentiment, je suppose... »

Je me suis balancé sur ma chaise, agacé.

« Non mais tu le fais exprès ? C'est quoi cette mémoire de poisson rouge... Je te rappelle que mes parents, ça va faire deux ans que je les ai pas vue ! Tu crois quoi ? Qu'ils vont accueillir à bras ouverts le retour du fils prodigue ? Tu te fais des films, ça va pas être aussi simple... »

Surpris, l'autre arrêta enfin de manger pour s'accouder sur la table, les mains jointes, et me regarder dans les yeux, la regard hargneux.

« Alors tu vas rester dans ton trou, c'est ça ? T'as rien trouver d'autre ? Ton super prétexte c'est que papa et maman vont se fâcher ? De nous deux, c'est toi qui te fais des films, tu cherches des problèmes où y'en a pas. »

C'était à mon tour, d'être surpris. Je n'aurais jamais pensé qu'il avait autant de tempérament, ce petit bonhomme...

J'ai arrêté de me balancer pour m'accouder aussi et le fixer à mon tour.
J'ai sortit mon sourire le plus narquois et je me le suis collé en travers du visage avant de lui dire :

« Alors vas y, je t'écoute, c'est quoi le plan ? »

« Tu demandes ça au mec que t'as traité de gamin juste la veille ? »

« Ça serait pas toi qui te chercherais une excuse, par hasard ? »

« T'es bien sûr de ça ? »

Fait chier. Il avait de la ressource, le petiot...
Et il avait beau être physiquement diminué, dans une joute verbale, j'avais aucune chance.

« Ooooooh... »

On a tout les deux fait volte face. Ça venait de la gauche, et c'était... une serveuse ?

« Je suis sincèrement navré, Messieurs, je ne voulais pas interrompre une entrevue aussi intime, c'était juste pour vous demander si tout allait pour le mieux... ooooh... »

Le rouge aux joues et le sourire aux lèvres, l'air vague et les cils papillonnants, notre petite serveuse se tortillait timidement, n'ayant pas l'air décidé à partir.
Au bout d'un temps, elle reprit ses esprits s'excusa avant de s'en aller en continuant de pousser de petits « oooh », d'émerveillement.

« Elle a un problème ? » m'a fait Matsumoto, n'ayant apparemment pas compris la situation.

J'ai levé les yeux au ciel, haussé les épaules puis imité une de ses moues enfantines avant de me balancer à nouveau, les main jointe derrière la tête.

« Qu'a cela ne tienne, je vais tenter le coup. Mais ma famille est spéciale, tu sais... enfin, on peut pas dire que notre foyer soit accueillant, quoi... »

« Genre ? » m'a-t-il vaguement encouragé tout en reprenant son repas.

J'avais pas plus que ça envie de lui en parler, et surtout pas maintenant, malheureusement c'était justement le moment où il allait falloir le faire. Ma famille, hein ? Dites plutôt mon géniteur et ma génitrice vivant sous le même toit...

J'ai prit mon ton le plus détaché, sans grand succès d'ailleurs, avant de lui lâcher d'un air blasé :

« Bah tu vois, mon père est comme qui dirait alcoolique, et ma mère, elle se fiche un peu de moi. En gros, si je rentre, soit je me prend tout les meubles de la maison dans la gueule, soit on me dira même pas bonjour. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://crucify-sorrow.chocoforum.com
Invité
••••••••••••••••••••••••••
••••••••••••••••••••••••••
MessageSujet: Re: [Gazette] Suguru no akumu Ven 8 Aoû - 17:39

"physiquement diminué" xD être petit n'est pas un handicape x)

Il est bluffant Ruki o_o
Revenir en haut Aller en bas
Invité
••••••••••••••••••••••••••
••••••••••••••••••••••••••
MessageSujet: Re: [Gazette] Suguru no akumu Ven 8 Aoû - 19:32

euh , j'ai pas compris la serveuse la ! ^^
nikel, j'attend la suite :p
Revenir en haut Aller en bas
Japan Lover
Seven Daisuke
••••••••••••••••••••••••••
Féminin
Nombre de messages : 347
Age : 25
Localisation : La baie de Tôkyô, tout au fond...
Date d'inscription : 14/07/2008
••••••••••••••••••••••••••
MessageSujet: Re: [Gazette] Suguru no akumu Ven 8 Aoû - 19:36

La serveuse, c'est juste qu'elle "s'imagine des trucs", si tu vois ce que je veux dire xD

En fait, c'est un clin d'oeil à la blonde dans Shuffle!, parce qu'elle s'imagine souvent se genre de chose et quèe dans l'anime, elle est serveuse aussi ^-^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://crucify-sorrow.chocoforum.com
Japan Lover
Seven Daisuke
••••••••••••••••••••••••••
Féminin
Nombre de messages : 347
Age : 25
Localisation : La baie de Tôkyô, tout au fond...
Date d'inscription : 14/07/2008
••••••••••••••••••••••••••
MessageSujet: Re: [Gazette] Suguru no akumu Mer 13 Aoû - 23:02

Chapitre 11
La solitude : fardeau des uns, faveur aux autres

Après ça, il avait plus rien dit, et le petit déjeuner s'était terminé dans le silence.

Une fois dehors, il m'avait reparlé, soucieux.

« Si tu veux, je t'accompagne. »

Sans un regard en arrière, j'ai commencé à partir.

« Non, merci, ça ira. »

J'avançais, lentement, et lui ne bougeait pas.

Au bout de quelques secondes, je fut pris de remords. Je commençais déjà à me sentir seul... Oh puis après tout, il avait déjà vu la misère de ma vie, alors un peu plus ou un peu moins...

« Mais si t'en as vraiment envie, tu peux venir quand même » j'ai crié par dessus mon épaule.

Il a couru, effaçant la dizaine de mètres qui nous séparait.
Et on a continué à marcher comme ça, côte à côte, sans un bruit, avec pour toute préoccupation la lourdeur de la scène qui allait bientôt se dérouler...

Arrivé devant chez moi, je me suis mordu la lèvre pour retenir mes larmes. Faire face à mes parents serait sûrement une épreuve terrible, et je n'en avais pas la moindre envie... Pourtant, il était là, ce petit bonhomme, et il attendait de moi que je sois courageux et que je le fasse. Il comptait sur moi. Comme Shin avant lui...

C'était ça plus que toute autre chose qui m'avait décidé. Si j'avais pas le courage d'en voir crever un autre, j'avais pas plus de courage pour en décevoir un second...

Là, il m'a ramené à la réalité avec une tape sur l'épaule et un sourire timide. J'ai répondu de la même façon, mais mon sourire à moi était crispé, et j'ai du prendre une grande inspiration avant d'oser sonner à la porte.

La porte s'est ouverte sur... ma mère.
C'était toujours ça de gagné...

« Salut, Maman. »

Je contrôlais à grand peine ma voix, tentant vainement de retenir les sanglots qui souhaitaient s'y loger...

Et d'un air peu amen, elle m'a fait :

« Ah, c'est que toi. J'ai cru que c'était le facteur, j'attends un colis... »

Puis elle est retourné dans la cuisine, laissant la porte ouverte.

Toujours avec le même sourire crispé, j'ai fait à Matsumoto :

« Je crois que ça veut dire qu'on peut entrer. »

Mais lui ne souriait plus. Je crois qu'il venait de comprendre un peu mieux...
Je l'ai secoué un peu avant de l'entraîner à ma suite dans la maison, fermant la porte derrière nous.

« J'te donnerai pas de fric » a commencé ma mère dès qu'on est entré dans la cuisine, tirant sur une cigarette.

Son attitude m'avait douché, à présent j'étais plus calme, et j'ai adopté un ton aussi froid et distant que le sien.

« Je t'en ai jamais demandé et c'est pas maintenant que je vais commencer. »

« Bien, tant mieux. Alors t'es venu pourquoi ? »

J'ai serré un peu plus fort le bras du gamin, que je tenais toujours, car je l'avais senti se crisper, comme s'il avait eu l'intention d'intervenir... ce qui serait, quoi qu'il dise, une très mauvaise idée. Je savais ce qu'il ressentait, je savais ce qu'il pensait. Il était outré par la situation, par la réaction indigne de cette mère n'ayant pas vu son enfant depuis presque deux ans. Et j'étais d'accord avec lui. Mais je connaissais ma mère, il suffirait de traiter avec elle comme on l'aurait fait avec un chef de guerre. Et depuis le temps, j'étais passé maître en la matière.

« Une autorisation. Pas beaucoup plus qu'une signature, en fait... »

« Et c'est pour qu'elle connerie ? »

« Pour m'inscrire au lycée. »

Là, elle a éclaté de rire, rire qui se transforma bien vite en quinte de toux.
A ce moment là, je me souviens avoir pensé très fort « crève, pourriture, vas y, étouffe toi ».
Mais le masque inexpressif sur mon visage n'a pas bougé d'un cran, et je l'ai regardé suffoqué pendant cinq bonnes minutes.

« Au lycée, hein ? C'est la tarlouse qui t'accompagne qui t'as foutu ça dans le crâne ? C'est lui, le remplaçant de ton copain mort ? »

A ce moment là, j'ai bien faillit flancher, me lancer sur elle pour tenter de l'étrangler, mais j'ai serré les dents, impassible.
J'ai sentit le regard peiné du gamin, mais j'ai continué à fixer ma mère. J'avais besoin d'elle, et elle le savait, cette enflure. Il allait falloir négocier serré...

« Peut-être bien, ouais. »

Cette réponse était valable pour les deux questions, j'espérais qu'elle le comprendrait mais que lui ne le verrait pas.

« Mais toi, t'en as vraiment envie ? T'es sûr que tu préfères pas continuer à te shooter dans les ruelles sombres ? » m'a-t-elle fait, la clope au bec, le sourire ironique.

« Faut croire que non » j'ai répondu en soupirant, l'air blasé.

Car blasé, je l'étais, oui. Les piques de ma mère, c'était presque une marque d'affection. De l'amour brute qui s'apparentait davantage à une haine venue de nulle part...

Elle m'a fait un sourire terrifiant, digne des méchants dans les films Disney, avant de recracher une bouffée de fumée tout en me disant à travers le nuage :

« Bien, puisque tu as l'air décidé, t'auras qu'à m'apporter les papiers d'inscription. J'les remplirai. Mais t'avises pas d'en parler à ton père, il va encore me reprocher d'être trop gentille... »

Matsumoto a frissonné. Mais je lui en voulais pas.
Les paroles de ma mère sonnaient comme une menace, et je m'attendais déjà à ce qu'elle me fasse payer son élan de bonté le restant de ma vie...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://crucify-sorrow.chocoforum.com
Invité
••••••••••••••••••••••••••
••••••••••••••••••••••••••
MessageSujet: Re: [Gazette] Suguru no akumu Jeu 14 Aoû - 19:52

yeaaahh =) sadique la meuf x)
Revenir en haut Aller en bas
Invité
••••••••••••••••••••••••••
••••••••••••••••••••••••••
MessageSujet: Re: [Gazette] Suguru no akumu Ven 22 Aoû - 17:29

O.O .... J'AIME x33
Elle est vraiment bien ta fic <3
Tu ecris super bien!
J'attends la suite avec impatience! x)
Revenir en haut Aller en bas
Japan Lover
Seven Daisuke
••••••••••••••••••••••••••
Féminin
Nombre de messages : 347
Age : 25
Localisation : La baie de Tôkyô, tout au fond...
Date d'inscription : 14/07/2008
••••••••••••••••••••••••••
MessageSujet: Re: [Gazette] Suguru no akumu Sam 23 Aoû - 1:37

Chapitre 12
Mon nouvel enfer

Matsumoto s'était chargé lui même d'orchestrer mon retour à la vie sociale, et il s'en était plutôt bien tiré, je dois dire.
On avait commencé par l'immanquable remise à niveau. Il ne restait pas suffisamment de temps avant la rentré, alors il s'est contenté de me faire revoir les bases, planifiant le gros de la remise à niveau en parallèle avec les cours. Par avance, j'imaginais le bordel sans nom que ce serait, mais je pouvais pas refuser son aide, puis j'en avais vraiment besoin, au fond...

Il m'a aidé à nettoyer l'appartement, enfin les parties communes plus ma chambres.
Mais j'ai du continuer à trimer, et j'ai continué comme ça toute l'année, histoire de pouvoir encore prendre deux repas par jour, ou tout du moins, quelque chose qui s'en approchait.

Puis le grand jour est arrivé...
Mastumoto m'a donné rendez vous au portail.
C'était un petit lycée sans grand intérêt où, même avec mon retard, mes résultats avaient suffit à m'envoyer.
Faut dire qu'avant, j'étais plutôt bon élève...
Lui, il m'avait suivit sans une hésitation. Il se foutait du fait qu'il aurait pu entrer dans un lycée super côté. Il voulais juste rester avec moi.
De toute façon, comme il se plaisait à me le rappeler, il avait un an d'avance, alors...

Mais j'ai comme qui dirait eu un petit imprévu...
Je suis arrivé un peu en avance, m'asseyant sur le muret près du portail. Là, une bande de trois mecs s'est installée juste à côté.
Ils ont commencé à parler, et j'ai tout de suite su qu'en fin de compte, ça serait pas aussi simple...

« Tiens, Yoki, ça serait pas lui, le mec dont tout le monde parle ? » a commencé un des types.

« Tu parles du shooté ? » a répondu celui qui devait être Yoki.

« Ouais. Il paraît que son copain est mort. Pas vrai Chiba ? T'étais bien dans son collège, non ? »

« Ouais, même que son copain, il s'était fait avoir par Tanaka. »

« Quoi il s'est fait avoir par la chaudasse, Tanaka Tsukiyo ? » a reprit Yoki, surpris.

« Faut croire. Et comme l'a dit Honda, il est mort. Il s'est sûrement suicidé. »

« Qu'est ce que t'en sais, après tout ils ont quitté le collège pour se droguer tranquilles, c'est peut-être bien le shooté qui l'a tué dans un de ses délires... » a continué le dénommé Honda, souriant sournoisement.

Jusque là, j'avais rien dit. C'est pas juste que j'avais préféré fermer ma gueule, mais plutôt que j'étais encore sous le choc, trop surpris d'apprendre qu'au bout du compte, tout le monde savait déjà.
Alors je n'avais nulle part où aller, c'est ça ? Je n'avais pas le droit au pardon, à la réinsertion, au retour à la normal, tout ça m'était interdit, j'étais allé trop loin dans la connerie, et maintenant, j'en payais le prix fort...
Mais le pire étais à venir.

« Alors, c'est toi le shooté ? »

Ce Yoki était venu jusqu'à moi rien que pour m'en foutre plein la gueule, je le savais.

« Qui le demande ? » j'ai fait, hargneux.

Celui qui s'appelait Honda a fait un pas en avant, crispé, mais Yoki l'a retenu comme un chef de gang l'aurait fait.

« Kimura Yoshitaka, mais on m'appelle Yoki. Et toi, alors ? »

« Joyama Suguru, mais on m'appelle le shooté » j'ai répliqué dans un large sourire hypocrite.

Ce petit prétentieux de Yoki a sourit, un petit sourire en coin qui signifiait qu'il me prenait pour le dernier des crétins, mais à imaginer le foutu smile que je m'étais placardé en travers de la bobine, je lui en voulais pas trop...

« Alors c'est bien toi, le type au copain mort. C'est toi qui l'a tué ? »

Je ne m'attendais pas vraiment à une attaque frontale, aussi mon sourire est tombé plus vite que je ne l'aurais voulu, renforçant le sien, conquérant.
Mais s'il se prenait pour Christophe Colomb, je refusais d'être ses Indes.

Je me suis levé d'un bond, mon visage à quelques centimètres du sien.

« Et si c'était le cas, tu ferais quoi ? »

Je me foutais de raconter des conneries. J'avais qu'une envie : provoquer ce petit péteux et lui régler son compte dans un combat à mort.
Il m'a fait un large sourire hypocrite, assez semblable au mien. Encore une façon de se payer ma tête. Puis son copain Honda, aussi large que haut, à fait craquer ses jointures. C'était un message, mais s'il pensait pouvoir m'impressionner avec ça, il était loin du compte...

J'ai fait de même, dans un sourire que j'aurais pu adresser à la mort elle même, tant on y lisait toute l'arrogance que je possédais.

Imperceptiblement, Yoki a grogné. Il aimait pas trop le fait d'avoir à faire à une forte tête.
Il croyait quoi ? Que tout les shootés avaient le cerveau trop ramolli pour se redresser fièrement face à sa gueule de con ? Bah il allait être déçu...

« Putain Yoki, tu fous quoi ? »

Deux autres types sont arrivés, l'un d'eux s'adressant à mon oppresseur.

« Tiens, salut Takeshima ! » a répondu Yoki dans un sourire, franc, cette fois ci.

« Je réitère ma question » a fait Takeshima plus agacé que content de retrouver un camarade.

Il avait pas l'air de l'aimer beaucoup... et je venais d'en apprendre un peu plus.
Apparemment, c'était lui, le mec à respecter, ici. Si Yoki le conquérant montrait patte blanche, ça devait être que celui d'en face pesait plus lourd dans la balance que lui et ses deux acolytes réunit... ce qui n'était pas rien, tout de même.

« Rien, je remets un nouveau à sa place, c'est tout. »

« Bah laisse le où tu l'as trouver, tu devrais pas perdre de temps avec ces conneries. »

« Mais enfin, c'est marrant, tu trouves pas ? » a tenté Yoki en se tortillant, ne voulant manifestement pas énerver davantage son interlocuteur.

« Pas vraiment, non... » a grogné l'autre, toujours plus amer.

C'est là que son copain est intervenu.

« Y'a quelque chose de mieux, là bas, Yoki ! » il a fait avec un grand sourire, insensible à la tension ambiante.

« Ah, tiens, euh... Suzuki, quoi donc ? » a bredouillé Yoki, à présent dans ses petits souliers.

« Il y a deux filles qui se battent. Elles viennent de collèges différents, mais apparemment, elle avait le même copain. » termina Suzuki, radieux, le sourire toujours plus large.

Je me suis tout de suite dit qu'il était pas net, ce gars, mais bon...

Yoki a obtempéré sans opposer plus de résistance. Faut dire qu'il s'était encore recroquevillé davantage, devant mon bon samaritain visiblement de mauvais poil.
Sans blague, il s'était levé du pied gauche ou cette tête de mec constipé c'était son expression naturelle ?
D'ailleurs, son humeur contrastait fortement avec celle de ce qui semblait être son ami, ce Suzuki.

Un tout cas, je l'ai quand même remercié. Humblement, mais sans sourire. On était pas encore copain, non plus. Puis il avait pas vraiment une tête qui donnait envie de sourire...

Mais à ma grande surprise, il a prit un air hautain avant de me sortir :

« J'ai pas fait ça pour toi, le shooté. Si j'ai pas le temps de taper les faibles, j'en ai pas plus pour leur tendre la main. »

Merde, encore un con.
J'étais vraiment pas gâté...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://crucify-sorrow.chocoforum.com
Invité
••••••••••••••••••••••••••
••••••••••••••••••••••••••
MessageSujet: Re: [Gazette] Suguru no akumu Sam 23 Aoû - 14:25

Rooo qu'ils sont mechant de l'appeler le shoote :'(
Tu ecris vraiment bien! J'AdOore!!! :lovely:

Vite!Vite! La suite! S'il te plait :kudasai:
Revenir en haut Aller en bas
Japan Lover
Seven Daisuke
••••••••••••••••••••••••••
Féminin
Nombre de messages : 347
Age : 25
Localisation : La baie de Tôkyô, tout au fond...
Date d'inscription : 14/07/2008
••••••••••••••••••••••••••
MessageSujet: Re: [Gazette] Suguru no akumu Sam 23 Aoû - 16:31

Arigato ^-^
T'est tellement enthousiaste que je ne peux que lâcher la suite x')
Heureusement que j'ai un peu de retard sur ce forum =3


Chapitre 13
Période d'observation : le duo infernal

Une fois que tout le monde s'était désintéressé de moi, ce dont j'avais très brièvement été vexé, Matsumoto est arrivé, se frayant un chemin dans la foule comme il le pouvait.

Avec le plus gigantesque des sourires, il m'a ouvert grand les bras, mais j'ai esquivé avant de lui mettre un bon coup dans l'épaule.
Faut être patient, avec ces bêtes là, mais en général, elles finissent par comprendre...

« Suguru ! T'as pas eu de problème pour venir, ça va ? » avait il fait en se frottant le bras.

Il devait croire dur comme fer au dicton « qui aime bien châtie bien », car maintenant que j'y pense, j'avais beau le frapper, ça n'a jamais eu l'air d'entacher sa prodigieuse bonne humeur...
Enfin, j'allais pas m'en plaindre.

Mais malgré son sourire, j'ai perçu dans le mot 'problème' qu'il faisait allusion au genre de choses qui s'étaient justement déjà produites, mais j'avais déjà décidé de ne pas lui dire.
Il avait très certainement dû entendre parler du shooté, avant d'arriver jusque là...

« Bof, rien de particulier... »

Son sourire gagna encore en intensité, et n'y tenant plus, il m'annonça la « bonne nouvelle » :

« Tu sais quoi ? Je suis allé voir et on est dans la même classe !!! »

Il avait faillit tenter un nouveau câlin mais s'était retenu au dernier moment. Ça finirait peut-être par rentrer, en fin de compte...
Moi, j'étais plus content pour lui qu'autre chose. En ce qui me concernait, un peu de tranquillité aurait été la bienvenue, mais bon, à côté de ça j'aurais au moins de la compagnie.

« Y'a des élèves de ton anciens collège, ici ? » je lui avait demandé.

« Bien sûr que non ! Ici, c'est trop... »

Mais il n'en avait pas dit davantage, gêné.
Je savais déjà ce qu'il voulait dire. Mastumoto venait d'un bien meilleur collège que le mien, j'en était conscient. Au niveau où il se trouvait, un tel établissement s'était vraiment du gâchis pour ses capacités. Je me suis soudain senti honteux, triste de l'avoir privé d'un brillant avenir...

« Toi non plus, t'aurais pas dû... »

Il a aussitôt prit un air sûr de lui, serrant les points, les sourcils froncés.

« Parce que tu crois que j'y ai pas réfléchit à deux fois avant de venir ici ? Je suis pas comme toi, moi ! Si je nourrissais de grandes ambitions, c'est sûr que je serais déjà ailleurs, mais c'est pas le cas, moi ce qui m'importe, c'est d'être avec toi. Le reste, je m'en fiche. »

J'avoue, sur le coup j'avais été assez surpris. Surpris de constater que je comptais déjà à ce point pour lui, moi le drogué suicidaire rencontré sur un toit d'immeuble. Mais apparemment il s'arrêtait pas à ce genre de détail, et c'était sans nul doute sa plus grande qualité.

J'ai sourit, baissant les yeux.

« Alors pardon de t'avoir entraîné dans un endroit pareil. Mais en l'état actuel des choses, j'aurais pas pu faire mieux. »

Il s'est radoucit.

« T'en fais pas, je le sais bien moi. Mais je te répète que c'est pas ça l'important. »


Après ça, on avait suivit la classe jusque dans notre salle.
Et dès le début, j'ai eu une sacré surprise.

Tandis que le professeur faisait l'appel, j'avais dévisagé discrètement tout mes petits camarades, histoire de me faire une idée. Avec Matsumoto, on était au fond, ce qui me facilitait la tâche.

Alors que j'en étais encore à la première rangé, j'ai entendu « Honda Hideki ».
Honda ? Et merde...
Et un peu plus longtemps après « Kimura Yoshitaka ».
Hein ???
Puis ensuite « Suzuki Ryo ».
HEIN ?!
Et le meilleur pour la fin : « Takeshima Atsuaki ».
QUOOOI ?!

Je me suis écroulé sur ma table, le visage enfoui dans mes bras croisés.
Mais qu'est ce que j'avais bien pu faire au bon Dieu... aurevoir, bien aimé tranquillité...

« Eh, Suguru, ça va ? » m'a chuchoté Matsumoto, sa main sur mon épaule.

« Vire ta main... » je me suis contenté de grogner.

Une fois remit de mes émotions, je me suis dit que c'était peut-être l'occasion d'en savoir un peu plus. Si jamais le lycée risquait de se mettre à tourner autour de Takeshima, je voulais en être le premier averti. Et je ne fut pas déçu.

De mon observation acharnée, il est ressortit :
- que lui et Suzuki était en effet amis, d'ailleurs c'était sa seule vraie compagnie
- qu'il paressait s'ennuyer en permanence
- qu'il ne souriait jamais
- qu'il n'en avait même pas besoin...
- que toutes les filles l'adulaient déjà, si ce n'était pas antérieur à cette année
- que tout les garçons s'écrasaient devant lui
- que les profs lui tiraient presque une révérence

En bref, que quoi arrive, tous se plieraient au moindre de ses désirs.
Non mais je vous jure, quelle ambiance, j'étais crevé rien que d'y penser...


Puis déjà, la journée s'était terminée.

« T'es sur que ça va Suguru, t'es bizarre depuis ce matin... » m'a refait Matsumoto.

« Super trop bien » j'ai répliqué, ironique à décès.

Il a fait sa moue enfantine avant de soupirer de lassitude, l'air de dire qu'il était en train de courir après un gros gamin qui de toute manière ferait la gueule jour après jour.

« Mets toi un peu à ma place, ça faisait deux ans que j'étais en vacances... » j'ai fini par minauder, la tête dans les mains, le regard vide.

« T'en fais pas, être lycéen, c'est comme le vélo, ça s'oublie pas. »

Il m'a fait un sourire entendu que j'ai fait semblant d'ignorer, mais malgré moi, mes lèvres ce sont étirées...

A la sortit, je suis passé devant Suzuki qui m'a fait un grand smile, l'air super content de me voir. Je me suis demandé une seconde si c'était de la provocation, avant de me rappeler que ce type était pas net...
J'ai aussi croisé Yoki, qui lui, comme tout un chacun aurait pu s'en douter, ne semblait pas espérer mon amitié, tout du moins pas autant que ma futur collaboration en tant que puching ball.
Dans tes rêves...
Puis j'ai vu Takeshima qui rejoignait Suzuki, une horde de filles à ses trousses. Lui il m'a bousculé sans même me voir, mais bon...
Je me suis retenu de me retourner pour lui lancer un souriant « ouais, moi aussi je t'aime bien ! »...

Au bout du compte, à part quelque messes basses sur mon passage, j'avais pas trop souffert de ce premier jour... enfin, si on oubliait aussi l'altercation du matin, mais avec le recul je trouve que c'était pas si grave...

Ce qui me perturbait davantage, c'était justement les quelques perturbateurs qui semblaient impatient de trouver une occasion de jouer les troubles fait. Et je sais pas pourquoi, mais j'avais la nette impression que je risquais d'être en première ligne dans un conflit d'intérêt qui n'engageait même pas le mien.

Honda Hideki. Lui il me ferait rien sans l'accord de son chef Yoki.

Kimura Yoshitaka. Lui il saisirait la moindre occasion pour m'en faire baver.

Suzuki Ryo et Takeshima Atsuaki. Le premier je l'imaginais bien me serrer vaillamment la main, genre à m'en arracher le bras. Quand au second, il ne semblait pas vraiment me voir, mais il valait mieux que ça reste ainsi, il avait l'air trop méchant...

Comme un pressentiment, je me suis dit qu'en fait, c'était plutôt de ces deux là, que je devais me méfier, car en rien je ne savais à quoi m'attendre...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://crucify-sorrow.chocoforum.com
Invité
••••••••••••••••••••••••••
••••••••••••••••••••••••••
MessageSujet: Re: [Gazette] Suguru no akumu Sam 23 Aoû - 18:51

J'espere qu'il va rien arriver de grave a Aoi :(
Reita se prend pour Kai O.o xD

En tout cas c'est vraiment ... <33333

hate de la suite! Met la vite s'il te plaiiit :kudasai:
Revenir en haut Aller en bas
Japan Lover
Seven Daisuke
••••••••••••••••••••••••••
Féminin
Nombre de messages : 347
Age : 25
Localisation : La baie de Tôkyô, tout au fond...
Date d'inscription : 14/07/2008
••••••••••••••••••••••••••
MessageSujet: Re: [Gazette] Suguru no akumu Sam 23 Aoû - 22:25

Chapitre 14
Une vie pas assez rock'n'roll

Le soir même, j'étais dans un sale état.
Cette banale journée d'étudiant m'avait presque faite oublier que je n'étais pas un étudiant banale, et que ne j'allais pas pouvoir rentrer de suite...
A peine sortit de l'enceinte du lycée, j'ai rapidement salué Matsumoto avant de filer au boulot.
En ce moment, je servais dans un bar pas trop loin de chez moi, autant dire un coin douteux...
Ma journée à moi ne s'est donc terminée que beaucoup plus tard, à mon grand désespoir. Il allait vraiment falloir que je prenne le rythme, et ça allait pas être simple !

Quand à me reposer... pas avant les premières vacances.
Je travaillais même le week end, et le reste du temps était consacré à ma remise à niveau.
Autant dire qu'au bout du compte, c'était pas une partie de plaisir...

Enfin, j'ai quand même pensé à mettre le réveil avant de m'effondrer sur lit et les termes « repos mérité » on prit tout leur sens pour moi. La douche, ce serait pour demain, parce que je risquais de m'endormir rien qu'en faisant le chemin jusqu'à la salle de bain, c'était dire l'avancement de ma fatigue...

Le lendemain matin... bah on pouvait pas dire que j'étais frais comme un gardon. Un vieux poisson pêché la veille, encore...

« Suguru ?! Qu'est qui t'arrive ? »

Takanori m'avait foncé dessus plus violemment que je n'étais capable de le supporter dans mon semi sommeil, l'air tout inquiet. Quoi, ils étaient moche à ce point, mes cernes ?

« Pas assez dormi... » j'ai grommelé.

« Qu'est que t'as encore fait ? Faut dormir, la nuit, Suguru ! »

Pour toute réponse, je lui ai lancé mon regard meurtrier spécial mec pas réveillé qui l'a renvoyé illico dans ses petits souliers.
Lui au moins, il me fera pas chier aujourd'hui, je m'étais dit.

Seulement voilà, sur le moment, j'avais un peu oublié que Matsumoto, c'était pas le pire...

« Et, regardez la tête du shooté ! »

Putain merde fais chier bordel, pourquoi, pourquoi lui, pourquoi moi, pourquoi ce jour là, pourquoi dès le matin...

« Bien le bonjour, Yoki » j'ai fait de ma voix la plus lugubre.

Il m'a juste reluqué avec un sourire satisfait. Il avait même pas besoin de l'ouvrir, c'était sa « bande » qui se coltinait le sale boulot. Ou la partie la plus drôle, tout dépend du point de vue... Toujours est il que môssieur se permettait le luxe de rester spectateur tout en orchestrant le spectacle depuis le premier rang. La rage.

« Hey, le shooté, t'as tenté une récidive, c'est ça ? Hein ? » a glapit Honda, trop content de sortir une nouvelle blague tordante estampillée Honda-le-drôle.

Bien sûr, tout les Yokitiens, se sont esclaffé en se tenant les côtes. J'en revenais pas tellement c'était nul. De l'humour de Yokitiens, sans doute...

« Ça doit être duuur, t'étais trop en manque, c'est ça ? »

C'est qu'il l'avait bien dressé, son clébard. Je pense que c'était juste un poil moins raffiné que ce que Yoki en personne aurait sortit, mais l'élève ne dépasse pas toujours le maître...

« Hein, t'en pouvais plus, c'est ça, le shooté ? »

Ils se sont esclaffés de plus belle.
On était dans un cirque, ils étaient les macaques moqueurs, et moi la bête de foire. Ni plus ni moins.
Matsumoto, il faisait partie du public, un des rares à avoir pitié de moi.

« Bah alors, t'as avalé ta langue, le shooté ? »

Un des macaques a faillit se pisser dessus, mort de rire, le souffle saccadé, il répétait « il a avalé sa langue, wouah, trop drôle ! ».
Mouais, si on veut...

Comme ça faisait cinq bonnes minutes et que je savais toujours pas comment réagir, je me suis marré aussi.
Matsumoto m'a regardé de travers, comme si le manque de sommeil avait définitivement eu raison de moi.
Eux, ils s'en sont pas rendu compte tout de suite, mais au bout d'un moment, l'un d'eux s'est arrêté de rire, fronçant les sourcils.

« Hé... hééé, regardez, il est con, il se marre aussi. »

Ils se sont tous arrêté, sauf un à qui Honda a foutu un violent coup de coude.
Là ils ont commencé à parler entre eux, genre je les entendait pas. Moi je me marrais toujours, histoire de, et parce que je savais toujours pas quoi faire d'autre.
Et Matsumoto, lui... bah il me regardait toujours bizarrement.

« Vous croyez qu'il a pas compris qu'on se foutait de sa gueule ? »

« Peut être qu'il essaye d'être copain avec nous ? »

« A mon avis il est juste con, mais bon... »

Yoki a soupiré, levant les yeux au ciel avant de les refermer d'un air affligé, secouant la tête de droite à gauche.
Et oui, Yoki, quand on prend la main d'œuvre la moins chère, le travail est pas toujours de bonne qualité...

Je me suis marré super fort pour attirer leur attention, ils ont tous tourné la tête vers moi, l'air ahurit. Sauf Yoki, il fronçait les sourcils tellement fort que ça lui fermait à moitié les yeux.
Là, je me suis arrêté d'un coup, passant du rire crétin au visage du mec franchement pas de bonne humeur.

Et comme personne disait rien, je me suis barré, Matsumoto sur mes talons.
On marchait assez vite, mais ça a pas empêché monsieur bonne humeur de m'exprimer son admiration.

« Wouah, comment t'as géré la situation, trop la classe ! Mais j'ai pas douté de toi une seule seconde, hein ! ... bon okay, j'avoue, au début je t'ai prit pour un demeuré, mais au final, tu t'en es super bien sortit... »

Je me suis brusquement arrêté et il m'est rentré dedans, manquant de retomber en arrière.

J'ai pointé mon visage du doigt.

« Dis, regarde bien ma tête. Oui, c'est ça ma tête, c'est bien... alors ? »

« Quoi ? »

« Ça se voit vraiment pas... ? » j'ai fait d'une petite voix déçue.

« Bah non... mais quoi ? » m'a fait Matsumoto embarrassé, se demandant bien de quoi je pouvais parler.

« QUE JE SUIS PAS D'HUMEUR, ABRUTI ! »

Il a pas pu retenir un hoquet de surprise avant de se ratatiner, et il m'a même pas suivit quand je suis repartit d'un pas rageur.
Au moins, le prochain que je rencontrerai, je serai suffisamment motivé pour lui faire la tête au carré. Merci, Matsumoto, trop merci !
Là, je me suis un peu calmé... pauvre gosse, en y repensant, j'aurais pas dû...
Mais je suis repartit, agacé au plus haut point.
J'y pouvais rien, il avait qu'à pas être aussi chiant !

J'ai croisé Takeshima qui m'a même pas vu, encore une fois. Mais à bien y regarder, j'avais à présent le même air renfrogné que lui. Si on c'était arrêté face à face, on aurait aisément pu nous prendre pour deux combattants rempli de haine l'un pour l'autre.
Puis j'ai réalisé... ah, berk, la même tête que Takeshima...
Mais bon, à voir le troupeau de femelles agglutiné à lui, l'air renfrogné devait faire fureur, j'avais toutes mes chances...

En arrivant devant la salle, j'ai décidé de m'excuser auprès de Mastumoto. Il avait pas à payer pour ma mauvaise humeur, quand même. Mais en passant la porte, je suis directement tombé sur un Suzuki extra souriant, j'ai tellement flippé que mon cœur à raté un battement !

« Salut Joyama ! »

Wow wow wow... il me parlait à moi, là ? Je me suis retourné histoire d'être sûr, et j'ai sursauté de nouveau en constatant qu'il en avait profité pour se rapprocher d'un pas. C'était un peu beaucoup près, là, quand même...

« Ouais ! Euh... salut, Suzuki » j'ai bredouillé avec une ébauche de sourire amicale.

Pourquoi je souriais, moi ?? Enfin, j'étais plus crispé qu'autre chose...

Après ses joyeuses salutations, je suis retourné me planquer au fond avec Matsumoto. La trouille avait fait fondre ma mauvaise humeur, et en plus de pas avoir l'air réveillé, j'avais maintenant l'air d'avoir vu un fantôme...

« Et un fantôme vachement souriant... » j'ai chuchoté sans vraiment m'en rendre compte.

« Hein ? » m'a fait Matsumoto, me sortant de ma torpeur.

« Non, rien... Au fait, désolé pour tout à l'heure, mais tu vois, j'étais comme qui dirait... »

« Pas d'humeur, hein ? Ça va je comprends. Faut dire que je suis plutôt chiant, aussi » il a continué avec un petit sourire.

« Ça c'est sûr... » j'ai renchérit, les yeux au ciel.

« Ça va, j'ai compris. » il a terminé, avec un sourire nerveux.


Le cours avait commencé peu après, le professeur nous rappelant à nos places.

« Pour quelques séances, le cours se déroulera en groupe, à trois par groupe » il a commencé.

Youpi.
Le reste de la classe à réagit aussi violemment que moi. Limite léthargique, d'ailleurs...

« Et bien entendu, c'est moi qui ferai les groupes. »

Là, ça a commencé à criser... néanmoins, après un regard assassin et quelques raclements de gorges, le calme est vite revenu.
Il a donc lu à haute voix la liste qui, comme je l'ai très vite découvert, était suffisamment méticuleusement conçue pour que je le déteste à vie...

J'ai écouté, patiemment, au rythme des cris de joie et de désespoir à l'annonce de certaines collaborations, et à mon grand damne, je fut des seconds.

« Takeshima, Suzuki, Joyama. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://crucify-sorrow.chocoforum.com
Invité
••••••••••••••••••••••••••
••••••••••••••••••••••••••
MessageSujet: Re: [Gazette] Suguru no akumu Sam 23 Aoû - 23:09

WAa tu gère seven-chaan!! j'ai hate de voir ce que cette collaboration va donner! mdr
Revenir en haut Aller en bas
Japan Lover
Seven Daisuke
••••••••••••••••••••••••••
Féminin
Nombre de messages : 347
Age : 25
Localisation : La baie de Tôkyô, tout au fond...
Date d'inscription : 14/07/2008
••••••••••••••••••••••••••
MessageSujet: Re: [Gazette] Suguru no akumu Sam 23 Aoû - 23:16

Genre, je gère, je tue le style de la race de sa mère 8)
Sans blaaague xD

Suite demain, étant donné que ça fait une semaine que j'ai rien tapé, mieux vaut pas bouffer votre avance x')
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://crucify-sorrow.chocoforum.com
Invité
••••••••••••••••••••••••••
••••••••••••••••••••••••••
MessageSujet: Re: [Gazette] Suguru no akumu Dim 24 Aoû - 0:03

:cavapas: Aoi avec Ruwa?! x333
Ca va commencer a devenir chaud... nan? xD


J'ai besoin de la suite. Vite vite :kudasai:

Heureusement que j'ai decouvert cette fic! Elle est vraiment :lovely:
Revenir en haut Aller en bas
Invité
••••••••••••••••••••••••••
••••••••••••••••••••••••••
MessageSujet: Re: [Gazette] Suguru no akumu Dim 24 Aoû - 0:07

ptdr oui oui pardon c'est ce que je voulais dire bien sur seven-chan :nice:

*hâte d'etre a demain! *
Revenir en haut Aller en bas
Japan Lover
Seven Daisuke
••••••••••••••••••••••••••
Féminin
Nombre de messages : 347
Age : 25
Localisation : La baie de Tôkyô, tout au fond...
Date d'inscription : 14/07/2008
••••••••••••••••••••••••••
MessageSujet: Re: [Gazette] Suguru no akumu Dim 24 Aoû - 0:20

Y'a rien de chaud, chez moi, faut lire les warning, hein, j'ai pas mit shônen-ai, yaoi, hentai ou rien du genre xD

La majorité des fics Gazette c'est juste pour les faire jouer aux chauds lapins =.="

Moi je préfère leur taper sur la gueule en les acblant de tout les malheurs du monde :'D
Suguru-kun, c'est mon souffre-douleur d'amooour :rougis:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://crucify-sorrow.chocoforum.com
Invité
••••••••••••••••••••••••••
••••••••••••••••••••••••••
MessageSujet: Re: [Gazette] Suguru no akumu Dim 24 Aoû - 1:04

ptdr que tu es cruelle Seven-chan.. Mais vive les sadiques! xD

*mode marchand de tapis on *
oh tiens, il est minuit 3 donc on est le "demain" dont tu parlais! donc , LA SUITE LA SUITE! *accro*

*mode marchand de tapis off*
Revenir en haut Aller en bas
Japan Lover
Seven Daisuke
••••••••••••••••••••••••••
Féminin
Nombre de messages : 347
Age : 25
Localisation : La baie de Tôkyô, tout au fond...
Date d'inscription : 14/07/2008
••••••••••••••••••••••••••
MessageSujet: Re: [Gazette] Suguru no akumu Dim 24 Aoû - 1:27

=P



Chapitre 15
Mes presque nouveaux amis

Plus de doute, le petit Jésus en personne avant une dent contre moi. Au départ, j'aurais dit une canine, le genre à vous poignarder dans le dos quand vous vous y attendez le moins. Mais après réflexion, j'ai pensé que ça ressemblait plus à une molaire, car je me sentais broyé chaque jour davantage...

Matsumoto avait atterrit avec Honda et un de ses copains, Namikawa Reiji, je crois. Enfin, je sais pas s'ils étaient copains, je me rappelais pas l'avoir vu dans la bande à Yoki, le matin, mais en tout cas, ils se connaissaient. Ils ont tout de suite commencé à causer, laissant le gosse de côté... tss tss tss.

« Ramène toi, Joyama. »

Mais quelle était donc cette douce voix qui me hélait du lointain autre bout de la classe ?
N'était ce pas... la douce tonalité de Takeshima, celle qui provoquait des frissons d'angoisses de ma nuque jusqu'au bas de mon dos ?
Plutôt un aboiement, ouais...
Enfin, j'avais pas trop le choix... j'arrive, maître ! Le shooté présent !

« C'est bon, c'est bon, je viens... » j'ai grommelé avant de laisser Matsumoto aux bons soins de son équipe de choc.

Il était évident qu'entre ce bellâtre de Namikawa et ce boulet de Honda, il allait se taper tout le boulot...

« Joyama ! Faut que je vienne te chercher, peut-être ?! »

« Ça va, c'est bon, j'arrive ! »

Le prof m'a lancé un regard noir, comme si j'avais hurlé le premier. Ouais c'est ça, si tu veux...

Contre toute attente, le sourire flippant car injustifié de Suzuki s'est révélé d'un grand réconfort lorsque je suis arrivé face à un Takeshima en état d'énervement avancé. Déjà ? Je m'étais dit.
On était pas sortit de l'auberge, quand à atteindre la lisière du village...

Au bout du compte, cette histoire de groupe, c'était juste pour répondre à des questions sur des extraits de textes... naze.

J'avais décidé de rester en retrait, ajoutant mon grain de sel sans trop en faire non plus. Seulement, Suzuki s'était mit en tête de me faire participer un maximum, ce qui me mettait plutôt mal à l'aise...

« T'es sûr Atsuaki ? Et toi t'en penses quoi, Joyama ? »

« Moi... j'aurais plutôt dit le contraire, mais bon... »

Takeshima m'a fusillé du regard et j'ai déglutit avec difficulté.

« C'est sûr que si Joyama dit que c'est le contraire, c'est le contraire. » il a renchérit, la mine lugubre, le ton caverneux.

J'avais l'impression de le voir se recroqueviller, comme s'il se préparait à bondir, et j'étais sans aucun doute possible sa cible... flippant.

« Alors on est d'accord ! » a reprit Suzuki, d'un entrain jamais vu chez un lycéen digne de ce nom.

Takeshima le lorgna d'un œil torve qu'il ne vit même pas.

Il était face à moi, et Suzuki à ma gauche, entre nous.

Takeshima avait tout le loisir de me dévisager d'une façon, je dois le reconnaître, très troublante.
Moi qui avait décidé de lui tenir tête, j'ai fait mine de regarder dans mes notes tellement son regard devenait lourd à supporter.
Et le sourire constant de Suzuki me mettait encore plus la pression ! J'aurais donné n'importe quoi pour être ailleurs...
On se serait cru dans un film d'horreur, entre le souriant clown diabolique et le tueur de sang froid au physique idéale et à la mine démoniaque.

Si j'avais eu rien qu'un peu moins de dignité, j'aurais sans doute pleuré. Je me disais que, d'une minute à l'autre, j'en pourrais plus et je me barrerai en courant. Mais j'ai inspiré un grand coup, sous le regard perplexe de Takeshima, avant de me remettre au boulot.
Voyant que j'avais toutes les peines du monde à garder mon sang froid, mon nouveau bourreau eu une pulsion de sadisme.

« Ton copain, il s'est suicidé, n'est ce pas ? J'ai entendu dire qu'il avait sauté par la fenêtre... à moins que ce ne soit qu'une des nombreuses rumeurs débiles qui cour à ce sujet. »

Il avait prit ton et air indifférent, mais je savais pertinemment bien ce qui se cachait sous ce masque d'indifférence...
J'ai posé mon stylo, tentant de garder mon sang froid. Je n'ai pas répondu tout de suite. Non parce que je cherchais mes mots ou une quelconque façon de présenter les choses, mais parce que j'étais en train de me souvenir. Un sentiment bizarre est remonté à la surface, comme trop longtemps nié. Pensif, je devenais nostalgique. Pas du passé, non, pas de la belle époque. Je me souvenais avec une crainte admirative de cette scène : son corps étendu, tout ce sang, ses membres bizarrement agencés, son sourire... Une sorte de bien-être s'est emparé de moi, me rendant pourtant plus stoïque que l'indifférence elle même.
Mon visage n'exprimait rien, et j'ai même vu tressaillir Takeshima, tandis que le sourire de Suzuki, lui aussi tourné vers moi, perdait de son éclat au fil des secondes...

« Oui, en effet. Il a sauté par la fenêtre. Je l'ai retrouvé tout en bas, sur le bitume. »

Les bruits de la pièce me semblait avoir été étouffé, comme si nous étions tout trois enfermés dans une prison de verre dont la moindre fissure aurait été colmatée. La respiration nerveuse, en accord avec son sourire qui devenait grimace, Suzuki serrait les dents. La main de Takeshima tremblait, sur la table, je le voyait. Il s'en est rendu compte, la cachant bien vite sous la table. J'ai laissé mon regard remonter doucement, m'attardant sur le col de son uniforme, puis sur ses lèvres, entrouverte en une supplique silencieuse, pour arriver à ses yeux, si bien dessinés, ou l'on pouvait désormais noter l'absence de cette provocation foudroyante qui y proliférait encore il y a peu.

Soudain, le professeur me posa la main sur l'épaule, croyant sans doute interrompre une altercation.

« Alors, ça avance ? »

« Oui oui, Professeur, bien sûr. » a bredouillé Suzuki pour nous.

Takeshima et moi ne nous étions toujours pas quitté des yeux, le souffle court. Je crois qu'ils avaient tout deux sentit cette tension, cette présence électrique : le poids de mes souvenirs...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://crucify-sorrow.chocoforum.com
Invité
••••••••••••••••••••••••••
••••••••••••••••••••••••••
MessageSujet: Re: [Gazette] Suguru no akumu Dim 24 Aoû - 1:46

waou suguru leur en a bouché un coin! yay! :great:

Enfin meme s'il ne l'a pas vraiment fait exprès...
Bref j'attend la suite avec impatience ^^ c'est quoi le rythme ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
••••••••••••••••••••••••••
••••••••••••••••••••••••••
MessageSujet: Re: [Gazette] Suguru no akumu Lun 25 Aoû - 10:40

Ah ouais dsl j'avais pas vu >.<
Et puis c'est tout aussi bien des Gazetto qui souffre <333

En tout cas la, Takeshima et Suzuki ne savent plus quoi dire! x)

J'attends vite la suite =DDD
Revenir en haut Aller en bas
Japan Lover
Seven Daisuke
••••••••••••••••••••••••••
Féminin
Nombre de messages : 347
Age : 25
Localisation : La baie de Tôkyô, tout au fond...
Date d'inscription : 14/07/2008
••••••••••••••••••••••••••
MessageSujet: Re: [Gazette] Suguru no akumu Mar 26 Aoû - 22:43

Chapitre 16
A l'eau à l'huile

L'intervention de notre bien aimé professeur nous avait tous plus ou moins apaisé et Takeshima a finit par détourner le regard.
Le sourire de Suzuki revenait petit à petit, comme une lampe halogène qu'on rallume doucement.

Puis il a reprit la parole.

« Qui sait il a peut-être été emporté par Malice » il a commencé.

Apparemment, il parlait toujours de Shinsuke...

« Ou Heather. » reprit Takeshima avec l'ombre d'un sourire.

« Ou Amanda. »

« Ou Doris. »

« Ou Elza. »

« Ou Misty. »

« Mais enfin de quoi vous parlez ?! » j'ai finit par dire, excédé.

« T'occupes. » a fait Suzuki, ayant retrouvé son level sourire puissance max.

« Rien d'important... » a renchérit Takeshima en retournant à sa feuille, trop satisfait de m'avoir de nouveau mit sur les nerfs.

Ces deux là prenaient un malin plaisir à me laisser en dehors de leu conversation, mais je préférais de pas insister...


Fort heureusement, peu de temps après, le cours était terminé.
Le cours de math fut d'un ennui sans nom.
J'avais décidément bien du mal avec les équations, et Matsumoto m'a pas mal aidé, surtout quand je me suis fait interrogé.
En un sens, je me suis félicité d'avoir trouvé quelqu'un pour me souffler les réponses. C'est bien Suguru, tu sais choisir tes amis !

« Ouais, c'est moi le meilleur ! » j'ai fait en souriant, satisfait, les mains derrières la tête, sous le regard perplexe de Matsumoto.


Puis j'ai profité de la pause pour sortir un manga que je m'étais mit de côté. Peine perdue, Matsumoto, arrivait déjà...

« Tu lis quoi ? »

J'ai plus grogné que répondu.

« Hentai. »

« Quel genre ? »

« School. »

« Plus précisément ? »

« La timide petite élève face à son populaire ainé. »

« Tu veux dire old school ! De nos jours, les gamines sortent le fouet pour soumettre tout mâle dominant. Ton truc, c'est le tyrannosaure du hentai. Sans blague, tu te fourni aux éditions Jurassique ou ton grand père t'as initié ? Il serait temps de vivre dans notre époque ! Des fois, je me demande sur quelle planète tu vis... »

« C'est marrant, je me pose souvent la question à ton sujet... C'est juste un hentai. »

« Bah tu vois, le problème, c'est pas que ce soit juste un hentai, c'est que tu le considères seulement comme tel. Tu cherches encore à minimiser les choses pour te protéger de la vérité. Évidemment, puisque tu es en tort...

« Matsumoto ? »

« Hum... ? »

« La ferme. Laisse moi terminer mon hentai préhistorique. »

Il est partit bouder dans son coin.
C'était pas parce que ma mauvaise humeur était partit qu'elle ne pouvait pas revenir ! Il avait quoi dans le crâne, cette avorton ?


Au bout du compte, une nouvelle journée pas tout à fait sans histoires s'était écoulée, et je me suis retrouver au bar en moins de temps qu'il ne m'a fallut pour le réaliser. Mon cerveaux avait toujours travaillé au ralenti, après une journée de cours...

J'étais rentré par derrière, comme d'habitude.
J'avais enfilé mon tablier et le patron m'avait aussitôt dépêché en salle. Les clients étaient là !

Toute la soirée, j'ai pris les commandes, servit les boissons et quelques plats à la carte, nettoyé l'arrière cuisine avant de revenir prendre les commandes des clients les plus tardif.

Je me suis approché d'une des tables, et après les salutations, je leur ai demandé leur commande.

L'homme qui y étais assis s'est tourné vers un jeune qui devait avoir mon âge, sinon moins. Je me rappelle avoir été étonné. Un garçon de cet âge dans un bar à cette heure, c'était pas courant...

« Alors, Uke, que prendras tu ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://crucify-sorrow.chocoforum.com
Contenu sponsorisé
••••••••••••••••••••••••••
••••••••••••••••••••••••••
MessageSujet: Re: [Gazette] Suguru no akumu Aujourd'hui à 3:02

Revenir en haut Aller en bas

[Gazette] Suguru no akumu

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

-
» Chez Gazette 94
» Disney Gazette
» Gazette 94
» superbe automne ...chez Gazette 94
» [Trouvé] Une illustration pour Pirouette Gazette
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Japan Lovers :: Coin Détente :: ✿ Coin artistique :: Vos créations :: Ecriture & Fan-Fictions-