Japan Lovers

Forum pour les passionnés d'Asie, de Japon, de Corée... Des animes, des mangas, de la musique, de la culture... Tout est sur JL !
 

Partagez|

la tante au coeur glacé (suite du lys de verre - 16 ans)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant
AuteurMessage
Japan Lover
lanaine266
••••••••••••••••••••••••••
Féminin
Nombre de messages : 344
Date d'inscription : 05/11/2008
••••••••••••••••••••••••••
MessageSujet: Re: la tante au coeur glacé (suite du lys de verre - 16 ans) Mar 23 Déc - 16:48

Je me précipitai dans la douche pour nettoyer le sang qui coulait le long de mes jambes. L’eau glissa, nettoyant peu à peu le sang.
- Est-ce que ça va ? me demanda Seb qui venait de se réveiller.
- Oui ça va lui répondis-je
Il me regarda tout le temps de ma douche sans mot puis il me dit enfin en m’entourant d’une serviette :
- Il faut se dépêcher mes parents vont rentrer….
J’hochais de la tête sans broncher un traitre mot. Je m’habillais en silence pour ne pas briser ce monde dans lequel je m’étais plongée. J’avais l’impression qu’une seule parole me ramènerait directement aux enfers.
- Je te raccompagne chez toi me dit-il
Ces quelques mots eurent le don de me ramener dans cette réalité poignante. « Chez moi » ? Avais-je encore un chez moi ? Pouvais-je réellement qualifier de chez moi, cette maison où m’attendait le bourreau. Ce bourreau qui savait pertinemment qu’il avait gagné depuis bien longtemps déjà…. Il ne fallait pas qu’il voit Seb. Il ne fallait pas que j’entraîne Seb dans ma chute.
- Ce n’est pas la peine… je vais rentrer toute seule… Ce n’est pas loin. Lui répondis-je.
Je me rhabillais rapidement puis lui jeta un dernier regard avant de partir.
Lui je ne le détruirais pas….
J’avais détruit maman, puis mon frère et j’allais sans doute me détruire en me vendant à mon cousin. Un frisson de dégoût parcouru toute mon échine. Je revis ces yeux qui semblaient vouloir m’engloutir puis ceux de Seb si différents, des yeux dans lequel je pouvais lire un respect pour la personne qui était avec lui. Le chemin du retour me sembla beaucoup moins loin. La maison surgit devant moi plus rapidement que je l’eu cru. Je passai l’immonde barrière blanche, ouvrit la porte d’entrée. Je constatai avec soulagement le vide de la pièce, personne n’était là. Je me laissais tomber dans le canapé, comme une ivrogne. Je fermai les yeux un instant pour revoir les visages de maman et de mon frère. Qu’auraient-ils pensé de tout cela ? Qu’auraient-ils fait à ma place ? La réponse était évidente : ils auraient encaissé sans rien dire pour faire tourner le monde. Mais maman se serait-elle donné à un type comme mon cousin après s’être donné à papa ? Sûrement que non mais maman n’était pas moi…. elle avait eu une vie normale, entourée de parents normaux qui la protégeaient de garçons comme mon cousin. Elle n’avait pas été abandonnée par son père, à quitter sa maison pour une maison « imfamiliale » où chaque occupant semblait être un parasite qui se nourrissait de la branche qu’on leur offrait. Soudain, je ne fus plus seule avec mes pensées. Un souffle entra dans mon oreille pour me murmurer :
- Alors tu l’as perdue ?
Je sursautai puis me retournai pour découvrir mon cousin affichant un sourire qui me fit l’effet d’une douche glacée.
- Alors tu l’as perdue ?
Pas besoin de feindre de l’incompréhension, il savait.
- Tant mieux, je n’aime pas être le premier… ça fout du sang partout… continua-t-il sans attendre ma réponse
Puis il s’approcha de moi, fit glisser une main le long de ma joue puis me murmura doucement en approchant ses lèvres des miennes :
- Maman n’est pas demain soir…
Puis il me laissa la. Ma tante arriva à ce moment ignorant ou feignant de ne pas voir la soudaine pâleur de mon visage. Je fuyais dans ma chambre, m’allongeai sur mon lit. Mon corps se mit à trembler puis une à une silencieusement, elles se mirent à glisser dans l’oreiller. J’étais pris dans le piège que m’avait tendu mon cousin.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
••••••••••••••••••••••••••
••••••••••••••••••••••••••
MessageSujet: Re: la tante au coeur glacé (suite du lys de verre - 16 ans) Mar 23 Déc - 18:52

Ouak, c'est stressant ! ^^
Pitié faite qu'il arrive quelque chose au cousin !!!!!
Je sais pas moi, un camion qui l'écrasse !
Ou un tueur professionnel le tue en le confondant avec ca cible !
Revenir en haut Aller en bas
Japan Lover
lanaine266
••••••••••••••••••••••••••
Féminin
Nombre de messages : 344
Date d'inscription : 05/11/2008
••••••••••••••••••••••••••
MessageSujet: Re: la tante au coeur glacé (suite du lys de verre - 16 ans) Mar 23 Déc - 19:46

La nuit, la journée passèrent beaucoup trop vite. L’angoisse n’eut même pas l’effet de rallonger le temps pour me laisser le temps d’espérer qu’il revienne sur sa décision. Les minutes claquaient à mes oreilles en entendant son pas de play-boy débarquait. Je me ressaisis ravalant tout au fond de moi l’envie de supplier. Calmement, beaucoup trop calmement, je préparais à dîner. Je senti bientôt sa présence derrière moi.
- Tu as fait quoi à manger ? me demanda-t-il en humant les odeurs qui s’échappaient de la cuisine.
- De la soupe en entrée, une pizza … je n’ai pas fait de dessert car je ne savais pas quoi faire…
On aurait presque cru à une conversation normal entre personnes de même famille seulement il me répondit :
- Le dessert… en prenant un ton plein de sous-entendu.
Je senti ses doigts glisser le long de mon dos m’arrachant des frissons glacés de peur. Il m’attira contre lui tout en caressant mes hanches, déposa un baiser dans mon cou.
- Tu sens bon me dit il
Je ne répondis rien crispant mes mains sur le tablier. Il me tourna vers lui, me manipulant comme un de ces mannequins que l’on voit dans les magasins. Ses yeux se plongèrent dans les miens :
- Tu me déteste hein?… tu ne devrais pas… après tout, moi, je ne te laisse espérer rien alors qu’avec l’autre, tu espères ….
- Tais-toi lui dis-je ne voulant pas entendre ce que moi-même j’espérais
Il feignit de ne pas entendre ma requête et continua sur le même ton traînant sur chaque syllabe comme pour bien imprimer dans mon cerveau les mots qu’il prononçait :
- Tu espères des sentiments de sa part… dis-moi, t’a-t-il qu’il t’aimait ?
Je revis par flash toute la scène d’hier. Seb n’avait rien dit, pas même qu’il m’avait désiré. Il s’était excusé puis c’est tout.
- Même pas un compliment ? me demanda mon cousin
Un compliment sur quoi ? Sur mes prouesses sexuelles ? Non même pas… il m’avait juste dit qu’il me trouvait presqu’humaine. Je retins ma douleur, sentant les miettes de mon espoir s’envoler loin de moi. Mon cousin déposa un baiser sur mes lèvres, sa langue cherchant la mienne qui tentait de fuir tout au fond de ma gorge. Elle finit par la trouver. Elle s’enroula autour de la mienne. Je sentis tout mon être suppliait la fin de tout. Il finit par me lâcher, son regard évitant le mien.
- Tu viens manger ? me demanda-t-il
Je m’essuyais les lèvres rapidement d’un geste de la main puis lui apporter les plats. Le dîner se passa en silence. Je gardais obstinément la tête baissée sur mon assiette pour ne pas voir son visage. Mon portable sonna. Avais-je le droit de répondre ? Il prit le téléphone dans sa main puis nonchalamment il regarda le numéro et le nom qui s’affichaient.
- Seb ? c’est lui le type… me demanda-t-il en désignant le portable du doigt.
Je n’eu pas le temps de répondre, mon cousin décrocha :
- Tu es Seb ? Ecoute, elle ne peut pas répondre pour l’instant, elle est occupée… Tu as un message pour elle ?...
J’entendis la voix de Seb mais ne comprit aucun mot qu’il prononça. Tranquillement, mon cousin raccrocha et posa le téléphone à côté de lui.
- Qu’est-ce qu’il t’a dit ? lui demandai-je dissimulant les tremblements de ma voix derrière une voix ferme.
Il soupira, se cala dans sa chaise, croisa les bras sur sa poitrine.
- Que ce qui s’est passé cet après-midi….
Je voulu fuir pour ne pas entendre, il me bloqua contre le mur m’ôtant toute possibilité de fuir.
-ce n’est même pas ce que tu crois… il a dit qu’il avait aimé ça. Me dit-il.
Il avait aimé ça ? Et moi ne comptai-je pas à ses yeux ?et les sentiments ? Seb venait inconsciemment de détruire l’envie que j’avais de le revoir. Mon cousin soupira devant ma pâleur puis d’un ton moqueur, il me dit :
- Les hommes ne sont pas des princes charmants, petite fille.
Maman s’était trompée lorsqu’elle m’avait dit qu’un jour, je rencontrerais sûrement quelqu’un qui prendrait soin de moi. Cette fois-ci, lorsque je sentis les mains de mon cousin défaire les boutons de mon chemisier, il n’y eut pas envie de le repousser. Je me sentais devenir automate et cela me fit peur alors pour ne plus sentir ce froid dans mon corps, je m’accrochais à sa nuque. Le vide semblait vouloir m’engloutir pour me porter vers un endroit sans lumière.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
••••••••••••••••••••••••••
••••••••••••••••••••••••••
MessageSujet: Re: la tante au coeur glacé (suite du lys de verre - 16 ans) Mar 23 Déc - 21:29

=O Franchement ... J'adore !! Sa donne troop envie de lire la suite !! D'ailleur ,, vivement la suite !! Puré qu'il creve le cousin ! Il est déguellasse ! :angry:
Revenir en haut Aller en bas
Japan Lover
Snowfire
••••••••••••••••••••••••••
Féminin
Nombre de messages : 2097
Age : 21
Localisation : Parmi la chaleur du printemps ( Et le vent un peu trop puissant)
Date d'inscription : 30/10/2008
••••••••••••••••••••••••••
MessageSujet: Re: la tante au coeur glacé (suite du lys de verre - 16 ans) Mer 24 Déc - 0:20

Je suis sûre que ce n'est pas même pas ce que Séb à dit... T_T J'ai hâte à la suite. Ça serait drôle que Séb débarque pour péter la gueule du cousin XD
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
••••••••••••••••••••••••••
••••••••••••••••••••••••••
MessageSujet: Re: la tante au coeur glacé (suite du lys de verre - 16 ans) Mer 24 Déc - 13:13

ouaii se seraii meme génial ! (a)
Revenir en haut Aller en bas
Japan Lover
lanaine266
••••••••••••••••••••••••••
Féminin
Nombre de messages : 344
Date d'inscription : 05/11/2008
••••••••••••••••••••••••••
MessageSujet: Re: la tante au coeur glacé (suite du lys de verre - 16 ans) Mer 24 Déc - 15:09

Il me pénétra sans violence ce qui me surprit pour un être de sa part. Il me fit l’amour dans son lit avec une délicatesse déconcertante. Je me surpris moi-même en éprouvant un certain plaisir tout au long de son va et viens en moi. Il s’écroula enfin à mes côtés. Je redressai la tête pour apercevoir l’éclat de ses yeux mais il avait fermé les paupières. Un certain sourire erra un moment sur ses lèvres.
- Ça fait du bien dit-il je me sens détendu… Tu as été bien mais je pense ça peut-être mieux.
Je le regardai un peu surprise par cette tirade. Seb ne m’avait même pas complimenté, pas même un petit mot pour me dire qu’il avait apprécié.
- Tu ferais bien de regagner ta chambre… A moins que tu veuilles passer la nuit à mes côtés seulement je ne te garanti pas une bonne nuit de sommeil.
Etait ce vraiment une menace ou contraire le désir inavoué de me voir rester à ses côtés ? Le doute s’empara de moi, l’espace d’un instant. Il fut de courte durée car il me demanda aussitôt si Seb avait été mieux que lui.
- Ca ne te regarde pas lui dis-je
Je repartis donc pour regagner ma chambre. Je pris l’ocarina puis entonna un petit air tout doucement.
- Tu recommences à en jouer ? me demanda mon cousin qui s’était levé en entendant l’instrument.
Je le dévisageais longuement en pensant qu’au moins il avait eu l’idée de passer un caleçon.
- Pourquoi tu aurais voulu que j’arrête d’en jouer ? lui demandai-je.
Il ne répondit pas s’enfermant dans un mutisme qui ne lui ressemblait. Cela faisait plusieurs mois que je vivais avec lui sous le même toit et il me vint à l’esprit pour la première fois que peut-être mon cousin jouait un rôle. Je crus qu’il allait me laisser car il se détourna de moi marquant une pause sur le seuil de la porte :
- Au fait… tu joues bien…..Tu peux continuer ça ne me dérange pas…
- Pourquoi tu me refasses chanter ? lui demandai-je
Il haussa les épaules puis m’adressa un petit sourire en coin :
- Ca je ne le sais pas encore.
Je soupirai un peu exaspérée par son manque de clarté par rapport à mon sort. Je m’adossai un peu mieux contre mon oreiller puis me remit à jouer.
Qu’importe que tu me le fasses payer pensai-je j’aimais le son de l’instrument.
Il fit demi-tour, s’assit à côté de moi, tournant la tête vers la fenêtre.
- Tu as vraiment détesté ? me demanda-t-il tout à coup.
J’aurais voulu qu’il me regarde pour voir l’expression de son regard à ce moment là mais sa tête regardait obstinément la pluie qui tombait maintenant. Je ne sus que répondre masquant mon hésitation derrière le masque que je portais depuis ma venue ici. La lune vint s’échouer sur nos corps donnant à sa peau une jolie teinte nacrée. Je vis alors sur sa main, une cicatrice assez étrange. Il vit mon regard sur sa main et la dissimula derrière sa jambe. Mon cousin cachait-il lui aussi des secrets auxquels nul n’avait accès.
Il se leva et partit vraiment cette fois. La cicatrice sur sa main me rappela la main gantée de mon frère. Je contemplai le silence en mélangeant mon cousin à mon frère décédé. Peut-être que lui aussi masquait ses émotions mais derrière un masque de pervers qui parfois, en de rare occasion, pouvait glisser un peu, comme ce soir-là.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
••••••••••••••••••••••••••
••••••••••••••••••••••••••
MessageSujet: Re: la tante au coeur glacé (suite du lys de verre - 16 ans) Mer 24 Déc - 15:17

= O la suiiite (YN) =D
Revenir en haut Aller en bas
Invité
••••••••••••••••••••••••••
••••••••••••••••••••••••••
MessageSujet: Re: la tante au coeur glacé (suite du lys de verre - 16 ans) Mer 24 Déc - 17:46

Hoooo, la suite !
Viiite !
Revenir en haut Aller en bas
Japan Lover
Snowfire
••••••••••••••••••••••••••
Féminin
Nombre de messages : 2097
Age : 21
Localisation : Parmi la chaleur du printemps ( Et le vent un peu trop puissant)
Date d'inscription : 30/10/2008
••••••••••••••••••••••••••
MessageSujet: Re: la tante au coeur glacé (suite du lys de verre - 16 ans) Mer 24 Déc - 18:54

Uhm. Je veux la suite moi aussi!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
••••••••••••••••••••••••••
••••••••••••••••••••••••••
MessageSujet: Re: la tante au coeur glacé (suite du lys de verre - 16 ans) Mer 24 Déc - 19:47

La suite !!!!

C'est vraiment génial ton histoire !!
Revenir en haut Aller en bas
Japan Lover
lanaine266
••••••••••••••••••••••••••
Féminin
Nombre de messages : 344
Date d'inscription : 05/11/2008
••••••••••••••••••••••••••
MessageSujet: Re: la tante au coeur glacé (suite du lys de verre - 16 ans) Mer 24 Déc - 20:04

Ma tante revint traînant derrière sa fidèle froideur du grand nord contaminant mon cousin qui reprit ce soir-là, l’image impassible du fils parfait.
- Tout s’est bien passé ? demanda-t-elle plus par courtoisie que par intérêt.
Mon cousin se contenta de hocher de la tête et moi de murmurer un petit oui minable qui ne l’alerta guère. Elle trônait sur le canapé, vêtue d’une robe aussi blanche que la neige, ses mains aux ongles parfaits posées sur ses genoux attendaient de pouvoir s’emparer de la chaleur dégagée par la tasse fumante de thé.
- Je t’ai peut-être trouvée un lycée me dit elle.
Je vis mon cousin braqué aussitôt sur elle un regard qui trahissait un certain trouble. Cette expression fut si brève que je crus l’avoir imaginé. Et pourtant, je sentais un certain intérêt pour le destin de sa proie.
- Oui le lycée de****. Il sera parfait… ils feront de toi une excellente jeune fille…. Ils dompteront ta colère pour faire de toi, une femme telle que moi…. continua-t-elle.
Ses paroles m’arrachèrent un frisson d’angoisse. Devenir comme elle ?
- Tu penses qu’ils arriveront à la faire devenir comme toi, maman ? demanda mon cousin
Quelque chose perça dans sa voix. Quelque chose qui me fit le regarder. Ma tante ne vit pas l’expression de son visage car elle se baissa vers la tasse tout en continuant à parler.
- Oui j’en suis persuadée…. Ils ont tout ce qu’il faut… au besoin, ils m’ont dit qu’ils disposaient même d’un internat. Ce serait bien non ? ils pourront la surveiller le soir... Et le weekend, je la surveillerais à mon tour.
Je fis un effort incommensurable pour ravaler la bile qui montait en moi. Pour qui me prenait-elle ?
- C’est donc ça que tu es partie faire, hier ? demanda-t-il
- Entre autre… je suis aussi allée voir ***. Je me demande même pourquoi j’y suis allée, j’ai du passer la soirée à écouter leur garnement pleurer sur la mort de son chien. Je ne comprends pas comment on peut pleurer sur un mort…encore moins un animal… la mort fait partie de la vie, non ? tout le monde meurt alors je ne comprends pas leurs besoin d’enquiquiner le monde avec leur insupportable besoin de s’épancher…. Lui répondit-elle tout en me regardant.
Les mains de mon cousin se crispèrent un instant sur la tasse puis il s’en alla comme si il ne pouvait en supporter d’en entendre davantage. Je le suivais un instant des yeux. Ma tante me rappela que c’était d’elle qu’on devait s’occuper en toussotant légèrement. Obéissante, je m’assis en face d’elle, bien droite, laissant toutes les sensations éprouvaient en faisant l’amour remonter en moi et les cachant derrière le faux masque de la jeune fille attentive et compréhensive. Que n’aurais-je pas donné pour ne pas entendre la suite.
- Et ce garnement me vrillait les oreilles de ses pleurs en disant que son chien avait été si gentil avec lui et si beau. Je n’ai pas pu m’empêcher de lui faire remarquer que c’est facile de dire cela d’un être qui n’est pu. En plus, son chien n’est plus beau puisqu’il pourrit en terre dans le jardin. Et là, il s’est mis à pleurer de plus belle, va-t-en savoir pourquoi ? Au moins, ses parents se sont excusés pour le dérangement puis l’ont monté dans sa chambre. Je l’entendais malgré les deux étages pleurer encore et encore. J’en ai eu la migraine pendant tout le reste de la nuit.
- Vous allez mieux, ma tante ? lui demandai-je
- Oui beaucoup mieux, j’ai pris deux cachets et maintenant ça va.
- Puis-je disposer pour aller chercher le livre de recette que j’ai laissé dans ma chambre ?
- Oui bien sûr…
Je me levai sans mot affectant le plus possible l’indifférence. Je montai les escaliers, arrivée en haut démarche, je me senti projetée contre le mur. Je levai la tête pour comprendre ce qui se passait lorsque les lèvres de mon cousin se déposèrent sur les miennes. Ses bras entouraient mes hanches me serrant tout contre lui comme pour me noyer. Ce que je retins de cette-nuit là, fut le léger tremblement de ses lèvres. Un tremblement qui rejoignait curieusement le mien….
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Japan Lover
Snowfire
••••••••••••••••••••••••••
Féminin
Nombre de messages : 2097
Age : 21
Localisation : Parmi la chaleur du printemps ( Et le vent un peu trop puissant)
Date d'inscription : 30/10/2008
••••••••••••••••••••••••••
MessageSujet: Re: la tante au coeur glacé (suite du lys de verre - 16 ans) Mer 24 Déc - 20:20

J'adore! Il semble avoir plus de respect pour elle....
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
••••••••••••••••••••••••••
••••••••••••••••••••••••••
MessageSujet: Re: la tante au coeur glacé (suite du lys de verre - 16 ans) Jeu 25 Déc - 17:59

C'est magnifique ! j'ai quand même du mal à cerner le cousin ^^'
il me tarde la suite !!!
Revenir en haut Aller en bas
Japan Lover
lanaine266
••••••••••••••••••••••••••
Féminin
Nombre de messages : 344
Date d'inscription : 05/11/2008
••••••••••••••••••••••••••
MessageSujet: Re: la tante au coeur glacé (suite du lys de verre - 16 ans) Jeu 25 Déc - 19:31

Le ciel semblait recouvert d’une épaisse couche de suie qui avait même pris dans son sillage la lune et les étoiles. On ne voyait personne dans les rues, pas même les habituels noceurs, ni les mendiants qui les hantent. Il n’y avait pas un souffle d’air. Soudain, il apparut : le cadavre du chien s’engagea dans la rue qui menait à la maison. Avec horreur, je le vis passer la grille de la maison, remonter tranquillement l’allée. Il s’arrêta sur le seuil de la porte pour humer l’air. Il grogna de plaisir percevant sans doute l’odeur de la personne qu’il cherchait. La porte s’ouvrit sous la pression d’une de ses pattes. Il entra, passa le salon puis s’arrêta au pied des escaliers. Il jeta un coup d’œil à gauche et à droite puis grimpa les marches en dévoilant ses crows dégoulinant de bave. Ses deux orbites vides s’arrêtèrent devant une porte, elle aussi blanche. Etait-ce la mienne ? Pensai-je avec angoisse me demandant quel pêchait avais-je pu commettre pour être l’objet de sa vengeance. En effet, c’était la vengeance qui portait ses pas, donnait à ses orbites une teinte rouge. De nouveau, la porte s’ouvrit dévoilant une chambre dotée d’un lit où reposait une personne endormie ne se doutant aucunement de ce qui se tramait. Le cadavre entra, s’avança puis bondit sur le lit pour s’attaquer à la gorge de la femme endormie. Le sang coula à flot recouvrant le lit, le sol, les murs, tout absolument tout vira au rouge.
Je me réveillai en sursaut, frémissante, trempée de sueur. Je poussai un soupir de soulagement en constatant que j’étais seule dans ma chambre. Inconsciemment, ma main se porta à ma gorge pour vérifier l’absence de morsure. Je me levai pour aller me passer de l’eau sur le visage, sur la pointe des pieds pour ne réveiller personne. Je passai devant la porte de mon cousin. Je m’arrêtai un instant tendant l’oreille. Quelqu’un s’agitait
« Non…pitié…ne m’en veux pas… non…pas ça ! » entendis-je
Sans hésiter, j’ouvris la porte, j’avançai vers le lit. Mon cousin était bien là, suffoquant, se débattant. Faisait-il le même cauchemar que le mien. Je l’appelai, il restait comme dans l’impossibilité de se réveiller. Je posai une main sur son épaule pour le secouer. Soudain, sans doute pour se défendre, il l’attrapa, la tira vers lui. Je basculai vers lui. Sans trop comprendre comment, je me retrouvais bientôt sous lui, ses deux mains bloquant les miennes. Ses yeux se fixèrent sur les miens. Je pu voir dans ce regard la terreur mêlée à la culpabilité. Tout son corps frissonnait encore sous l’effet de cette terreur. La sueur perlait sur son visage livide. Il resta quelques minutes dans cette position puis il poussa un soupir de soulagement :
- Ce n’est que toi….
Il se laissa tomber sur moi relâchant tous ses muscles. Il était comme après l’orgasme. J’entendais sa respiration tentant vainement de retrouver un rythme normal. Ses mains glissèrent de mes poignets vers mes épaules.
- Tu as fait un cauchemar, toi aussi ? me demanda-t-il en se rendant compte de l’humidité de mon corps.
Les yeux fixés sur le plafond, je revis le cadavre du chien qui tranchait la gorge de la femme en un coup de crows.
- Oui dis-je
Sans réfléchir, je mis à caresser ses cheveux comme maman le faisait lorsque je venais d’avoir une grosse frayeur.
- J’ai rêvé de papa me dit-il
Je me tu espérant qu’il me raconte un peu mais il n’ajouta plus rien seulement que je devais regagner ma chambre avant que ma tante ne nous trouve et s’imagine des choses. Je reparti donc en me rendant compte que c’était la première fois que je l’entendais faire référence à son père. Avait-il rêvé du cadavre de son père venant dans cette maison ? Je ne pu résister à jeter un coup d’œil dans la chambre où dormait ma tante. Elle dormait d’un sommeil paisible. Je reparti avec l’horrible idée que ma tante avait transféré son cauchemar sur moi. La culpabilité, qu’elle aurait du éprouver envers « le garnement et son chien », était venue se loger en moi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
••••••••••••••••••••••••••
••••••••••••••••••••••••••
MessageSujet: Re: la tante au coeur glacé (suite du lys de verre - 16 ans) Jeu 25 Déc - 21:08

C'est génial !!!
La suite vite !!!
Revenir en haut Aller en bas
Japan Lover
lanaine266
••••••••••••••••••••••••••
Féminin
Nombre de messages : 344
Date d'inscription : 05/11/2008
••••••••••••••••••••••••••
MessageSujet: Re: la tante au coeur glacé (suite du lys de verre - 16 ans) Jeu 25 Déc - 21:55

Le matin, je me brossai les dents lorsqu’il débarqua dans la salle de bain. Il referma la porte et j’entendis le bruit de la clé tournée dans la serrure. Je fis mine de ne m’apercevoir de rien. Ils s’avança vers moi, ses mains chaudes glissèrent sur le devant de mon corps remontant vers ma poitrine, ses lèvres se posèrent dans mon cou. Je pris le verre d’eau puis recracha le dentifrice avec l’eau.
- Ma tante… soupirai-je
- Elle dort me répondit il en m’embrassant l’épaule.
- Si elle se réveille et nous surprend….
Il me fit faire demi-tour, me maniant comme une simple marionnette. Ses lèvres se posèrent sur mon front, mon nez, mes paupières, sur mes joues et enfin mes lèvres. Sa langue se noua à la mienne. Le temps sembla s’arrêter. Mon cousin libéra mes lèvres.
- Tu as raison….
Pourtant ses bras restèrent autour de ma taille. Il attendait quelque chose. Quoi ? Je me sentis éperdue. Ses mains prirent mes poignets puis me firent remonter mes bras jusqu’à déposer mes mains sur ses omoplates. Il voulait que je le prenne dans mes bras. Il resta un moment ainsi cachant sa tête dans mon cou. Puis des bruits de pas le libèrent de mon emprise. Il reprit son masque au sourire de pervers.
-j’ai envie de toi, me dit-il, cet après-midi, maman sera pas là et moi si alors….
Il repartit, je l’entendis parler à ma tante dans le couloir.
- Tu as passé une bonne nuit, maman ? lui demandait-il
- Bien sûr pourquoi, veux-tu que j’ai passé une mauvaise nuit ?
- Pour rien maman…
Du regret, de la tristesse, j’apprenais à lire dans chacune intonation de sa voix depuis que nous avions fait l’amour. J’avais l’impression de parvenir à le décoder de plus en plus. Il me tardait de voir apparaître l’image réelle de ***. Je pris ma douche puis m’habiller en vitesse. La matinée se déroula comme à l’accoutumée : ménage, repassage. Pour le midi, sachant que personne ne rentrerait, je me fis un sandwich. Je le terminai à peine lorsque mon téléphone sonna. C’était Seb, il voulait me voir. Il n’avait pas cours, cet après-midi.
- Je ne peux pas lui dis-je
- Ecoute, essaye de te libérer ça ne prendra pas longtemps me dit Seb
- Mais…
- Viens, je veux vraiment te parler.
- Ça ne prendra vraiment pas longtemps ?
- Non… Retrouve-moi à la fontaine…
- D’accord ? quelle heure ?
- Disons dans une heure.
- A tout à l’heure
- A toute.
Que me voulait Seb ? Je soupirai avec presque l’envie de renoncer à le voir en me disant à moi-même que si je ne rentrais pas avant le retour de*** ce serait la catastrophe. Je pris les clefs de la maison, mon écharpe oubliant mon portable sur la table basse du salon. Je courrai dans les rues arrivant à la fontaine essoufflée. Seb était là, assis sur son banc, le regard fixé sur sa montre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
••••••••••••••••••••••••••
••••••••••••••••••••••••••
MessageSujet: Re: la tante au coeur glacé (suite du lys de verre - 16 ans) Ven 26 Déc - 16:44

Qu'es-ce qu'il va lui dire ????
Je veux savoir !!!!
Revenir en haut Aller en bas
Invité
••••••••••••••••••••••••••
••••••••••••••••••••••••••
MessageSujet: Re: la tante au coeur glacé (suite du lys de verre - 16 ans) Ven 26 Déc - 17:22

argg quel suspence !!!

j'adore !!
Revenir en haut Aller en bas
Japan Lover
lanaine266
••••••••••••••••••••••••••
Féminin
Nombre de messages : 344
Date d'inscription : 05/11/2008
••••••••••••••••••••••••••
MessageSujet: Re: la tante au coeur glacé (suite du lys de verre - 16 ans) Ven 26 Déc - 17:47

Il leva la tête vers moi plongeant un instant son regard en moi.
- Enfin te voilà me dit-il
Il se leva, s’approcha de moi. Il n’y avait pas de sourire sur son visage, pas de soulagement de me voir, juste une sorte d’exaspération qui empêchait ses lèvres de desserrer.
- Que me veux-tu ? lui demandai-je
Il ne répondit pas toute de suite. Il fit des ronds dans la neige avec ses pieds cherchant ses mots.
- Tu es pressée ? me demanda-t-il
Pressée ? Oui, je l’étais. Je voyais les aiguilles de sa montre avançaient indiquant que le temps continuait sa marche, imperturbable, indifférent à mon angoisse.
- Assez oui lui répondis-je.
Il soupira puis respira l’air glacial comme pour se donner du courage.
- Quand je t’ai appelée…Tu n’as répondu… qui était ce type qui m’a répondu ?
Etait ce de la jalousie ou une simple envie de savoir ? Toute fille de mon âge aurait sans doute répondu « de la jalousie » mais depuis mon arrivée chez ma tante, tout mon système d’émotion, d’intuition, de reconnaissance de sentiments était sans dessus dessous. Et puis l’histoire avec mon cousin n’arrangeait pas les choses. Seb attendait ma réponse affichant l’air du type qui questionne par courtoisie. Il me vint l’horrible sensation de me retrouver face à ma tante. Je frissonnai chassant cette image loin sous la neige.
- C’était mon cousin… dis-je
Il fit une pause puis reprit son interrogatoire :
- Il est… sympa avec toi ?.... tu l’aimes bien ?
Entendre le mot « aimer » me prit de court. L’aimais-je bien ? Sans le vouloir, je me retrouvai à des kilomètres de Seb explorant les méandres de mon esprit pour trouver que répondre. Je revis l’odieux chantage, son sourire de pervers… Tout de son mauvais côté… Oui ce côté-là, je ne l’aimais pas. Et puis, il y avait cet autre côté, celui qui avait aimé ma musique, celui effrayé par un cauchemar puis celui de ce matin qui avait cherché la tiédeur de mes bras… le détestai-je vraiment ? Je me rendis compte que je me retrouvai moi-même au pied d’un mur que mon cousin avait bâti. Arriverai-je un jour à comprendre *** ?
Seb toussota pour me ramener devant lui. Il me posa de nouveau la question en voyant que je ne me rappelai plus de celle-ci.
-si je l’aime bien ?... C’est mon cousin, tu sais, je ne le déteste pas. Dis-je me rendant bien compte que je sortais là une formule bien vague pouvant passer pour une demi-vérité.
- et moi ? Qu’éprouves-tu pour moi ? me demanda-t-il en se tournant vers la fontaine. Je ne voyais plus que son dos. Que devais-je répondre ? Je ne le savais pas moi-même.
- je ne sais pas dis-je me rendant compte que mes paroles pouvaient blesser. Je devais être honnête.
Il me regarda bien dans les yeux cette fois ci. Il poussa un soupire qui ressemblait bien à un soupir de soulagement.
- Je ne sais pas moi-même ce que j’éprouve pour toi… Je voudrais … je ne sais pas…enfin si, je sais… je ne veux pas d’histoire d’amour compliquée… je voudrais que nous soyons amis et c’est tout.
Je le regardai puis hochait de la tête affirmativement. Ma vie étant compliquée, je ne me voyais pas non plus recommencer à sortir en tant que petite amie avec Seb… Ma tante l’aurait-elle permis ? J’en doute. Nous nous quittâmes sur cet accord. Je rentrai à la maison. La porte de la maison se retrouva bientôt devant moi. Elle s’ouvrit en grand sur mon cousin, il m’attrapa par le poignet et me projeta à l’intérieur.
- Tu étais où ? me demanda-t-il
Il ne tenait dans son autre main, les deux téléphones portables indiquant qu’il avait essayé de me joindre. Je levai la tête vers lui. Ses yeux verts brillaient. Je pouvais y lire un entremêlement de sentiment : colère, inquiétude et un autre sentiment : la jalousie ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Japan Lover
Snowfire
••••••••••••••••••••••••••
Féminin
Nombre de messages : 2097
Age : 21
Localisation : Parmi la chaleur du printemps ( Et le vent un peu trop puissant)
Date d'inscription : 30/10/2008
••••••••••••••••••••••••••
MessageSujet: Re: la tante au coeur glacé (suite du lys de verre - 16 ans) Ven 26 Déc - 18:42

Uhm. Que va faire le cousin!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
••••••••••••••••••••••••••
••••••••••••••••••••••••••
MessageSujet: Re: la tante au coeur glacé (suite du lys de verre - 16 ans) Ven 26 Déc - 19:39

Rooo, c'était mignon !
Je veux savoir la suite !
Revenir en haut Aller en bas
Japan Lover
lanaine266
••••••••••••••••••••••••••
Féminin
Nombre de messages : 344
Date d'inscription : 05/11/2008
••••••••••••••••••••••••••
MessageSujet: Re: la tante au coeur glacé (suite du lys de verre - 16 ans) Ven 26 Déc - 22:10

Je regardais ses traits crispés de fureur, la petite veine qui ressortait de son front. Je le regardais sans pouvoir parler. Mes pensées m’entraînaient vers une série de questions :
De la jalousie ? Vraiment ? Pourquoi ? Non… Je suis bête. Ca ne peut pas être ça… Il est furieux de ne pas m’avoir trouvée là à son retour prête à me donner à lui…. Et pourtant…. Cette inquiétude dans ses yeux que signifie-t-elle ? Non ce n’est pas de l’inquiétude… Il se fiche de moi…. cependant…..
Mes pensées se répondaient à elle mêmes se contredisant et n’apportant rien d’autres qu’une envie que tout s’arrête. Ma tête tournait.
- J’étais dehors lâchai-je au bout d’un moment.
Réponse parfaitement idiote, j’en convenais. Je crus un moment qu’il allait me secouer comme un prunier.
- Ça merci, je le sais, me dit-il, mais où ?
Je failli l’envoyer balader en lui répondant un « ça te regarde ? » ou encore un « ça se sont mes affaires », je me retins de justesse. Je lui dis la vérité.
- Dehors avec Seb murmurai-je en détournant la tête.
Il me lâcha si brusquement que mes jambes affaiblies par la course se dérobèrent sous moi, je me retrouvai parterre, je ne vis plus que ces jambes en face de moi.
- Tu étais avec lui… dit il d’une voix si basse qu’il me fallut tendre l’oreille pour pouvoir l’entendre.
Je me relevai difficilement en ayant la tête qui continuait de tourner. Il me laissa la sans rien ajouter d’autre. Il ne revint dans la cuisine au bout d’un moment pour me demander :
- Tu l’aimes ?
Cette question me troubla tellement qu’au lieu de couper le légume que je tenais en main, je me fis une coupure sur le doigt. Le sang se mit à couler. je vis alors une chose surprenante : mon cousin devint pâle comme un cadavre, je le vis se tenir la tête à deux mains, pris de tremblement.
- **** ça va ?
Il voulut s’éloigner de moi mais ses jambes le trahirent, elles ne le portaient plus. J’arrivai près de lui le soutenant de mes bras.
- Ton doigt, me dit-il d’une voix faible, éloigne-le.
Je cachai le doigt blessé dans ma poche. Je m’accroupi près de lui qui s’était laissé glissé contre le mur. Je dissimulai mon inquiétude tant bien que mal.
- Ça va mieux ? lui demandai-je
Son regard vitreux se posa sur moi, sa respiration se calmait peu à peu.
-oui ça va me répondit-il.
Il tourna la tête vers la fenêtre regardant la neige qui tombait à nouveau. Je compris que mon cousin avait la phobie du sang.
- C’est le sang… je ne le supporte pas… me confia-t-il confirmant la révélation que je venais découvrir.
Je pris ses mains tremblantes et froides entre les miennes les pressant sur ma poitrine pour lui apporter de la chaleur. Il tourna la tête vers moi me laissant découvrir combien il était surpris par mon geste.
- J’étais avec Seb mais il ne sait rien passé… nous ne sommes qu’amis lui et moi…. lui dis-je alors poussée par une raison obscure.
Il haussa les épaules pour me prouver qu’il s’en fichait. Et pourtant… la lueur du soulagement et de la gratitude brillait dans ses yeux.
Je rendis compte à cet instant précis que la haine que j’avais pour mon cousin avait pratiquement disparu. Un autre sentiment venait peu à peu la recouvrir.
- Je ne te déteste pas me dit il soudainement seulement il ne faut pas qu’elle le découvre.
Elle ? Parlait-il de ma tante ? Et ces quelques mots « je ne te détestes pas » pourquoi font-ils battre un peu plus fort mon cœur ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
••••••••••••••••••••••••••
••••••••••••••••••••••••••
MessageSujet: Re: la tante au coeur glacé (suite du lys de verre - 16 ans) Sam 27 Déc - 0:07

Roooo, je veux la suiiite !!!
Revenir en haut Aller en bas
Invité
••••••••••••••••••••••••••
••••••••••••••••••••••••••
MessageSujet: Re: la tante au coeur glacé (suite du lys de verre - 16 ans) Sam 27 Déc - 17:01

Ralalaa je suiis tro fan de ton histoire ! Vivement la suiiite =D
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
••••••••••••••••••••••••••
••••••••••••••••••••••••••
MessageSujet: Re: la tante au coeur glacé (suite du lys de verre - 16 ans) Aujourd'hui à 3:01

Revenir en haut Aller en bas

la tante au coeur glacé (suite du lys de verre - 16 ans)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

-
» Almudena Grandes
» Qui sauve Anna ?
» Almudena Grandes : El corazon helado (le coeur glacé)
» Que veut votre coeur ?
» GRETCHEN LOWELL (Tome 01) AU COEUR DU MAL de Chelsea Cain
Page 2 sur 6Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Japan Lovers :: Coin Détente :: ✿ Coin artistique :: Vos créations :: Ecriture & Fan-Fictions-