Japan Lovers

Forum pour les passionnés d'Asie, de Japon, de Corée... Des animes, des mangas, de la musique, de la culture... Tout est sur JL !
 

Partagez|

A la lueur des émotions qui nous habitent

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Invité
••••••••••••••••••••••••••
••••••••••••••••••••••••••
MessageSujet: A la lueur des émotions qui nous habitent Jeu 23 Juil - 10:43

Voilà quelques unes de mes compos' écrites y a longtemps, n'hésitez pas à m'dire ce que vous en pensez :

Pour bientôt

Je rêve sous la pluie de te serrer très fort.
Je rêve chaque nuit à l'odeur de ton corps.
De nos rires à nos larmes, je me souviens de tout,
Chaque jour, de t'avoir aimé comme un fou.

Te rappelles-tu encore de toutes nos promesses,
De nos baisers, nos étreintes de tendresse.
Te rappelles-tu de nos promenades improvisées
Où pour la première fois nos mains se sont croisées.

Attend moi ma mie, mon amie, mon âme sœur,
Toi ma dulcinée pour qui je courbe l'échine.
Mon amour qui chaque jour fait battre mon cœur!...

Loin de toi, mon être tout entier crie famine.
Sans regret ni remord, je sors le couteau,
A l'ombre de la mort, je te rejoins bientôt...

La balance

Quand je ferme les yeux, j'espèr' croisant les doigts,
Chaqu'jour que dieu fait, d'entendre à nouveau ta voix.
Jour après jour, je maudis la fatalité
L'oubli qui m'arrache à celui que j'ai aimé.

Parfois, je ne vois plus ton visage, ton sourire
T'oublier, c'est ce qui me fait tell'ment souffrir.
Quelques fois, Il m'arriv' de sourire en ton nom
Seulement quand j'me souviens de qui nous étions.

Ne laisse pas la peine et le chagrin s'immiscer
Ne laisse pas la douleur envahir ton corps
T'aimer, c'est ce qui ne m'a rendu que plus fort.

Promets moi, qu'après moi, tu te relèveras
Promets moi, qu'à travers moi, tu continueras
D'êtr' celui que j'ai aimé, sans jamais changé.


Tel est pris qui croyait prendre

C'est l'regard déterminé qu'il s'en va en guerre
Jurant de mettre à terre l'objet de sa colère.
Le fusil par dessus l'épaule, l'œil effronté,
Le voilà prêt à tuer son ennemi juré.
------------
Discret mais fugitif, le voilà attentif
Aux moindres faux pas d'un homme à l'offensif.
Il a peur de mourir, il a peur de souffrir
Car beaucoup de ses frères il a vu périr.

Alerte et intuitif, il cherche à se cacher,
Non sans peine, il court à travers tous les dangers
D'un homme qui veut à tout prix le capturer.
------------
Débusqué, il tira une balle effrénée.
'Raté' mais pas grave, il reviendra demain
Non sans peine, pour tuer ce satané lapin!


Petit poème

Elle a fermé les yeux, elle a tendu l'oreille,
Le temps d'un 'pardonne-moi, m'aimes-tu encore?'.
Elle pleure comme une enfant, blessure de la veille
Priant que je la délivre de tous ses torts.

Elle me dit tout bas qu'elle a très très mal au cœur
Qu'elle pourrait mourir si j'en exprimais l'envie.
Que sans moi, sa vie n'est qu'un berceau de malheurs,
Qu'elle a besoin de moi pour marcher dans sa vie.

Touché, je serre le poing comme on serre la douleur,
Dans son étau, avant qu'elle ne décourage.
Blessé, je m'en vais avec seul mon déshonneur.

J'ai beau la détester, comment tourner la page.
De celle que j'ai aimé, elle est restée la même;
Va petit poème, dis lui ô combien je l'aime.

De sa beauté légère

De sa beauté légère, n'en tire aucune gloire,
Elle est femme soumise, sa vie n'est pas de mise.
Dans sa douce misère, parfois se laisse choir;
Et c'est son corps qu'on vise, blessure de la crise.

Des mots doux et des pardons, elle excuse l'outrage.
Amour blessé amour trahi, elle sourit.
Il promet de rester sage, de contenir la rage;
Il adore sa femme, elle n'a connu que lui.

Bras d'acier, Bras de fer, c'est l'appel de la chair,
Affamé comme un loup de ses bras qui la serre,
Elle n'a connu que lui, l'abominable époux.

Femme soumise aura aimé l'amour d'un fou.
Avant qu'elle ne décourage, la lame à son cou,
Perpétuant l'adage, le suivra jusqu'au bout.


Inspiration du poète

Je lève les yeux, je rêve et mon cœur s'élève
D'amour et d'évasion, caresse à la passion;
Tu esquisses ma vie, tu dessines mes rêves,
Être ton ange gardien, telle est ma mission.

Mais fugitive, douce illusion, je t'imagine.
Je ferme les yeux, je rêve et mon cœur s'anime,
Car tout chez toi est merveille qui me fascine,
Voila ce qui me pousse à écrire ces rimes.

Dans un monde éternel emplit de mystères
Est mon âme, dont tu en es l'unique héritière
Inspiration du poète, Élue de mon cœur.

Douces confidences tendrement murmurées,
Qui ne se résume qu'en un très chaud bonheur
D'un amour à jamais couché sur le papier...

Le chant des missiles

Je l'entends encore me demander, souriant,
'Pourquoi y a t-il tous ces missiles et ces canons'
'Pourquoi y a t-il, dans le ciel, de si beaux avions'.

Je l'entends encore nous dire délicatement,
'J't'aime Papa, et ça tu sais, c'est pour la vie'
'Maman, toujours là même quand j'ai peur la nuit'.

Je l'entends encore qui court, qui saute et qui rit
De joie et de bonheur, d'amour et de câlins
S'endormir sans se soucier du jour qu'est demain.

Alors pourquoi a t-il fallu qu'il court, qu'il crie
Sous les chars d'assauts, les morts et les bombardiers.

Pourquoi a t-il fallu d'un seul carabinier
Et d'une seule balle, pour lui ôter la vie.

Pourquoi a t-il fallu qu'il y ai cette fichue guerre
Pour y perdre les personnes qui nous étaient cheres.

Que vais-je dire maintenant à sa mére
Si ce n'est pardon, pardon et encore pardon.

Pardon d'avoir cru en un monde et une nation
Intelligente, aimante et soucieuse de ses pairs.

Pardon d'avoir cru en nos hommes, en nos fréres
Alors qu'eux ne pensaient qu'à cet'maudite guerre.

Pardon d'avoir envoyé ton être fragile,
Ton fils tant adoré, sous le chant des missiles...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
••••••••••••••••••••••••••
••••••••••••••••••••••••••
MessageSujet: Re: A la lueur des émotions qui nous habitent Jeu 23 Juil - 15:22

j'aime beaucoup =)
Revenir en haut Aller en bas
Japan Lover
may-ly
••••••••••••••••••••••••••
Féminin
Nombre de messages : 304
Age : 23
Date d'inscription : 21/06/2009
••••••••••••••••••••••••••
MessageSujet: Re: A la lueur des émotions qui nous habitent Jeu 23 Juil - 22:07

Moi, j'adore. C'est vraiment magnifique, j'ai adoré le premier, mais il y'en a un qui m'a vraiment touché c'est Petit poème. J'écris aussi des poêmes et donc je suis vraiment impressionée...
Tu les a écrit il y a longtemps, tu en a des récents ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
••••••••••••••••••••••••••
••••••••••••••••••••••••••
MessageSujet: Re: A la lueur des émotions qui nous habitent Dim 26 Juil - 15:45

Pas de récents malheureusement. Puis maintenant j'écris surtout des ptits textes qui traduisent mes pensées plus qu'autre chose.

Sinon ces poèmes j'les ai écris quand j'avais 17-18 ans.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
••••••••••••••••••••••••••
••••••••••••••••••••••••••
MessageSujet: Re: A la lueur des émotions qui nous habitent Dim 26 Juil - 15:47

han tout cas ils sont très beau =)
Revenir en haut Aller en bas
Invité
••••••••••••••••••••••••••
••••••••••••••••••••••••••
MessageSujet: Re: A la lueur des émotions qui nous habitent Dim 26 Juil - 16:24

Merci c'est gentil.

Allez quelques textes que j'ai écris vers 17 ans aussi.

Un réveil qui sonne et le vent qui frisonne...

Clique pour écouter

Aujourd'hui 3h du mat', je peine à dormir malgré mon énergie à y mettre du mien. Assis au fond de mon lit, j'ai encore cette impression que tout m'échappe, que je ne sais ni créer ni saisir les opportunités.

Et comme d'habitude dans ces moments là, je m'enfile un sweat-shirt, je prend mon Ipod, puis je vais courir une heure ou deux; pour décompresser, pour oublier tous ces doutes qui me rongent. Pour me laisser traîner par le vent et suer toute la frustration qui m'anime.

Et peut-être bien que je ne le constate jamais assez mais comme c'est reposant que de voir une ville plongée dans le noir. Une ville en plein sommeil pendant que vous, vous tracez sur la route. De savoir qu'il n'y a personne à l'exception de quelques clochards ou de quelques noctambules en mal de bières après une soirée trop arrosée; de quelques personnes qui traînent à faire une promenade à l'abri de tout, aussi bien des chauffeurs qui se prennent pour Michaël Schumarer que de la populass' en masse.

Et je cours. Je cours sur la route. Je cours sans but et sans issue mais je cours. Et je trace. Je trace dans les rues et dans Paris. Je trace au détour de plusieurs virages mais je trace. Et je ne cesse de courir et de tracer. Je ne cesse, de toutes mes forces, de vouloir défier le temps, de vouloir gagner contre le vent.

Et bel effort que de vouloir reprendre sa vie comme on reprend son souffle. Avec courage et difficulté, on peine à y arriver mais on y arrive, envers et contre tout, envers et malgré tout, on y arrive.

Le tout est d'essayer. Et même si certains d'entre nous portent le poids d'une vie insatisfaite, on se rend compte malgré tout qu'il ne tient qu'à nous pour que tout cela change. Que comme la rivière qui coule et qui ne cesse de couler, que comme les nuages qui voguent et qui ne cessent de voguer, la vie est ce qu'elle est, et qu'à force de ne rien faire pour changer, on passe pour un éternel insatisfait.

Alors trace.

Alors cours.


Et vis.


Je suis sûr...

Clique pour écouter

Je suis sûr que vous avez déjà dû entendre, dans un silence qui se pâme, une mélodie venir frôler votre âme.

La chaleur d'un violon, le réconfort d'un piano. Sentir ses mains se réchauffer à la lueur des émotions qui nous habitent.

Quelque part, la musique c'est voyager en dehors du temps car au delà de simples paroles, de simples notes, c'est surtout une chanson qui vous rappellera l'enfance où tout semblait simple et facile, où tout semblait magique...

Le soir, s'étendre sur son bureau, mettre une ballade au piano ou au violon et penser à toutes ces personnes qu'on a aimé ou qu'on a perdu. Mais toujours se souvenir de tous ces bons moments partagés avec tendresse. Sentir cette nostalgie venir vous taper l'esprit et pleurer.

Et sourire même quand les larmes vous semblent inévitable. Quand votre vie vous échappe. Quand vous aimeriez que vos peines s'évanouissent.

Aimer s'imaginer autre part. Dans les bras de la personne qu'on aime et sentir son cœur battre au fond de sa poitrine. Sentir sa chaleur venir parcourir ton corps et se sentir la force de soulever des montagnes. Aimer jusqu'à perpétuité tel un condamné à mort. Mais on a toujours cette impression. L'impression que le temps passe trop vite et qu'on a pas eu le temps de faire grand chose si ce n'est estomper des amitiés dans les rides du passé ou collectionner les rendez-vous manqués...

Puis de nouveaux entendre les guitares qui nous rappellent tout ce qu'on a perdu, tout ce qu'on a gâché et tous ces moments qu'on ne revivra plus jamais...

Quelque part, aimer la musique, c'est aimer souffrir car bien qu'on le nie souvent, on se raccroche parfois, et plus souvent qu'on ne le croît, aux branches du passé, comme par peur de l'inconnu par peur du futur; par peur d'être déçu ou de perdre ce que l'on a de plus pur : nos rêves nos idéaux, et notre courage à toujours y croire...

All dies but nothing disappears

Clique pour écouter

Quand un regard vous frôle et vous impressionne,
Quand c'est pour un autre homme qu'elle se passionne.
Quand elle sourit, qu'elle rigole, qu'elle sourit encore,
Quand c'est ce qui vous pousse à l'aimer sans effort.

On ne le dira jamais assez...

mais comme je le dis assez souvent, les femmes qui s'assument sont celles qui m'impressionnent, car bien que je connaisse des filles plutôt belles, et bien qu'elles soient belles, elles ne dégagent pas quelque chose qui te pousse timidement à aller vers elles. Elles sont peut-être bien foutues, atout non négligeable pour la plupart des mecs, mais ça n'enflamme ni la passion ni la curiosité. En fait, bien qu'elles soient belles, elles ont une beauté banale.

Alors que les femmes qui s'assument prennent tout de suite de l'ampleur. Un regard intelligent, un sourire sans contention ni artifice, une attitude simple et pourtant pas dépourvu de classe. Quelque part, elle impose le respect. Le genre de femmes où simplicité rime avec complicité.

Surtout qu'une personne impressionnante est une personne en accord avec elle-même. Quoiqu'elle porte, c'est l'attitude qui sait faire toute la différence. Une fille qui saura aussi partager ses peines et ses doutes, et qui comprendra aussi bien mon besoin d'indépendance que mon besoin de solitude. Une fille qui respectera mes choix sans forcément les adopter (car j'estime qu'"aimer une personne, ce n'est pas se regarder l'un l'autre mais c'est regarder ensemble vers la même direction". Puis il faut aussi qu'il y ait des contradictions (car j'ai moi-même des envies et des sentiments contradictoires) pour faire avancer un couple. Avoir un certain sens de la répartie ainsi que des désaccords pour alimenter nos conversations. Essayer de nouer des moments rien qu'à deux , avoir des discussions fluides et intéressantes sans mal au crâne.

Et surtout une fille qui bien qu'amoureuse ne sera ni jalouse ni possessive. Et toujours une fille sans prise de tête, simple, qui ne se prend pas au sérieux mais qui sait l'être quand il le faut. Une fille qui ne s'habille pas trop mal aussi, j'veux pas d'un sac poubelle ambulant (nan pas macho, juste un gars superficiel (comment ça c'est pire...)).

Souvenirs, traîtres tueurs qui me poussent à souffrir!

Clique pour écouter

Comme Johan, beaucoup portent en eux une flèche en plein cœur. Elle fait partie d'eux et définit en quelque sorte ce qu'ils sont: des mélancoliques.

Elle conditionne leur raison d'être et les ramène toujours dans de douloureux souvenirs pas encore tout à fait révolues. Elle porte aussi leurs rêves et leurs fatalités, elle les porte comme on porte sa croix (avec une foi inébranlable). Elle sourit, pense et pleure avec eux. Elle les rend triste (même s'ils essayent de le nier), et leurs répète sans cesse qu'il est nécessaire de souffrir pour mieux grandir.

Une flèche qu'ils traînent depuis tellement d'années qu'elle finit par ne plus faire mal. Qu'ils en arrivent même à sourire parfois. Mais dès qu'ils se sentent seuls, quand les gens autour d'eux ne sont plus là pour les soutenir ou pour leurs faire penser à autre chose, ils chavirent. Ils souffrent comme ils n'ont jamais souffert, et c'est d'autant plus dur quand ils se souviennent une fois encore de toutes les raisons qui les ont amenés à porter cette flèche comme on porte un fardeau. C'est douloureux. Triste. Presque insoutenable...

Je suis de ces hommes là. L'un de ces rêveurs désabusés. L'une de ces flèches aux envies contradictoires, tournée vers le passé avec la peur de l'avenir. De ces gens qui chutent face au poids et à l'amertume d'une vie insatisfaite ou insatisfaisante. Éternel idéaliste dans l'âme - dans le cœur - et dans la tête.

Mais la réalité. La vraie la dure, l'impitoyable réalité, se résume très bien à une citation de Larry dans Closer, entres adultes consentants lorsqu'on porte la fatalité pour état d'âme: "Un dépressif aime se réfugier dans la dépression, car sans ça, il verrait la dure réalité de la vie". Un peu comme un blogueur à qui on empêcherait d'écrire, il aurait l'impression de se créer des remparts, de se couper les ailes de soi-même...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
••••••••••••••••••••••••••
••••••••••••••••••••••••••
MessageSujet: Re: A la lueur des émotions qui nous habitent Lun 27 Juil - 14:25

le dernier de ton premier post est magnifique!!!
En fait ils sont tous super!!!
Revenir en haut Aller en bas
Japan Lover
Mamz3l-Psy
••••••••••••••••••••••••••
Féminin
Nombre de messages : 757
Date d'inscription : 31/07/2009
••••••••••••••••••••••••••
MessageSujet: Re: A la lueur des émotions qui nous habitent Mer 12 Aoû - 9:33

"Je suis sûr..."...tellement vrai. tellement beau.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
••••••••••••••••••••••••••
••••••••••••••••••••••••••
MessageSujet: Re: A la lueur des émotions qui nous habitent Mer 12 Aoû - 19:38

Tes poèmes sont tous très jolis, j'aimerais en faire autant.
Revenir en haut Aller en bas
Japan Nyan
Cawoyin
••••••••••••••••••••••••••
Féminin
Nombre de messages : 3443
Age : 21
Localisation : Montréal
Date d'inscription : 02/05/2009
••••••••••••••••••••••••••
MessageSujet: Re: A la lueur des émotions qui nous habitent Dim 30 Aoû - 18:15

Vraiment j'aime bien les poémes et bien que trés beaux je préfére les textes.

J'ai toujours eu un faible pour les textes associés à des musiques. En fait c'est grâce à une amie, elle écrit des textes aussi beau que toi et pourtant elle a mon âge. Elle a un talent, c'est magnifique et j'ai une chance folle de pouvoir lire ses textes. J'en suis très fière. =)
Merci pour cette magnifique lecture.

Je reviendrais dessus certainement plus tard car là je n'ai pas beaucoup de temps.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cawoyin.blogspot.fr
Contenu sponsorisé
••••••••••••••••••••••••••
••••••••••••••••••••••••••
MessageSujet: Re: A la lueur des émotions qui nous habitent Aujourd'hui à 3:51

Revenir en haut Aller en bas

A la lueur des émotions qui nous habitent

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

-
» Sculpture d'émotions...tendres moments...tristes moments...
» De la Lumière, des émotions et de la Magie ?
» Pouvons nous faire remonter le Titanic des eaux ?
» [Collection] Nous deux
» Faites nous rire !!!
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Japan Lovers :: Coin Détente :: ✿ Coin artistique :: Vos créations :: Ecriture & Fan-Fictions-